Coronavirus : faut-il surveiller son pouls ?

En ces temps de coronavirus, où l’essoufflement est un signe d’aggravation de la maladie à prendre très au sérieux, les ventes d’appareils permettant de mesurer la quantité d'oxygène dans le sang font un bond. Il faut dire que l’OMS elle-même a récemment recommandé que les personnels soignants hospitaliers des pays touchés par le Covid-19 s’en équipent au même titre que les tests, masques et autres respirateurs artificiels.

Ce petit objet qui pince le bout du doigt pendant quelques secondes permet en effet de détecter une baisse de l’oxygénation du sang. Au même titre que le tensiomètre, il peut être utilisé en suivi à domicile par les patients sujets à des troubles respiratoires ou souffrant d’affections de l’appareil respiratoire.

De là à foncer en pharmacie ou sur Internet pour s’équiper à la maison, non ! Seules les personnes fragiles, avec des antécédents, ou malades (présentant les symptômes du coronavirus) pourraient en avoir besoin. Mais pas à la maison : la lecture des résultats est complexe et difficilement interprétable si on est pas médecin. Seule une surveillance continue, comme elle est pratiquée dans les services de réanimation, est vraiment salutaire. A domicile, mieux vaut donc se fier à son ressenti et appeler son médecin dès que des difficultés respiratoires apparaissent, signe d’aggravation de la maladie.

Comment prendre son pouls sans appareil ?

On sait qu’après 65 ans, un pouls trop lent, trop rapide et/ou irrégulier n’est pas bon signe et favorise le risque de maladies cardiovasculaires. Pour que ce geste soit efficace, il est conseillé de se servir de 2 doigts, généralement son index et son majeur, que l’on applique sur la carotide (au niveau du cou) ou sur l’artère radiale, située sur la face interne du poignet. Deux points importants sont à surveiller :

• le rythme : s’il est régulier ou non. Une arythmie doit être signalée à son médecin.

• La fréquence : elle ne doit pas être inférieure à 40 pulsations par minute, ni supérieure à 120 pulsations

(...) Cliquez ici pour voir la suite