Coronavirus : les internautes scandalisés par cette ancienne vidéo d'Elise Lucet et de Roselyne Bachelot qui refait surface

Pénurie de masques de protection pour les professionnels de la santé en France. Des tests de dépistage réservés aux personnes fragiles, ayant des symptômes graves ou exposés au virus. Manque de lits de réanimation dans les hôpitaux. Depuis la propagation du Covid-19, le monde entier semble avoir du mal à faire face à la pandémie. Ainsi, les mesures prises pour limiter les risques de contamination se font plus restrictives, mais le nombre de malades ne cessent d’augmenter. Alors que les médecins et autres représentants politiques regrettent de ne pas avoir mis en garde plus tôt les Français sur la dangerosité du virus, ne s’attendant à ce que la situation devienne si dramatique, beaucoup comparent cette pandémie à la grippe la grippe A/H1N1 de 2009.

Par mesure de précaution et pour tenter au mieux de limiter le nombre de victimes, Roselyne Bachelot, alors la ministre de la Santé, avait acquis pour 94 millions de doses de vaccins. “Au moment où les commandes ont été passées, on pensait que deux doses seraient nécessaires pour vacciner la population. Au final, une dose suffira peut-être. Et si c'est confirmé, ce sera une excellente nouvelle puisque nous pourrions proposer la vaccination beaucoup plus rapidement à la population”, s’est-elle alors défendue. L'ancienne chroniqueuse du Grand 8 avait défendu son plan de vaccination auprès d’Elise Lucet dans Pièces à conviction. Au cours de cet entretien, la journaliste lui lançait : “Le matin quand vous vous regardez dans la glace, comme on dit, vous ne vous dîtes pas à un certain moment : ‘Je me suis un peu trompée dans des prises de décisions de bonne foi, mais je me suis un peu trompée’? ” Ainsi, vendredi 20 mars 2020, la séquence refait surface. Sur Twitter, de nombreux internautes s’insurgent contre le comportement de la présentatrice.

"Elise Lucet, vous devez vous sentir bête”

“Quand les uns appliquent le principe de précaution et que d’autres s’en carrent. On aurait encore Bachelot, on ne serait pas en chien de garde

(...) Cliquez ici pour voir la suite