VIDÉO - Coronavirus : "Irresponsable !", Michel Cymes recadre Nadine Morano en direct sur France 2

C’est le sujet d’inquiétude des Français et du monde entier : le coronavirus. Alors que l’Hexagone est passé au stade 3 de l’épidémie, requalifiée en pandémie par l’Organisation Mondiale de la Santé, la peur ne cesse de grimper. Lors du premier tour des élections municipales, maintenu dimanche 15 mars 2020 comme annoncé par Emmanuel Macron, le taux d’abstention a battu tous les records. Entre 53,5 et 56 % des Français n’ont pas souhaité affronter le virus pour se rendre aux urnes. Le soir même, France 2 présentait une édition spéciale pour les élections. Mais les débats ont finalement tourné autour d’un seul et même thème : le Covid-19. Invité en tant qu’expert santé, Michel Cymes a profité de l’occasion pour pousser un petit coup de gueule contre les Français qui ont décidé de faire fi des restrictions imposées par le gouvernement pour limiter les risques d’infection.

Nadine Morano “irresponsable” et “complotiste” selon Michel Cymes

Mais le médecin préféré des Français s’est surtout agacé des propos de Nadine Morano. La députée Les Républicains avait insinué que l’État cachait des informations aux citoyens. “Aujourd'hui, on sait très bien que la situation, elle est grave et sans doute beaucoup plus grave que ce que vous dites”, a-t-elle déclaré. Un discours que n’a visiblement pas apprécié Michel Cymes. En fin d’émission, il a tenu à répondre : “La situation est déjà assez compliquée comme ça. Les réseaux sociaux sont plein de fake news. Pour ne pas entendre quelqu'un qui se dit responsable politique, faire croire que la situation est beaucoup plus grave qu'on ne veut bien le dire”, commence le médecin. “On est dans un pays démocratique. Les chiffres sont rendus publics. Tous les médecins, les épidémiologistes savent exactement le nombre de morts et de personnes touchées”, assure-t-il avant de véritablement critiquer Nadine Morano.

“Tenir des propos comme ça, c'est d'une grande irresponsabilité parce que ça rajoute encore à l'angoisse et cette notion de complotisme”.

(...) Cliquez ici pour voir la suite