Coronavirus : Jean-Jacques Goldman sort du silence avec une chanson en hommage aux soignants

“Les chercheurs vont trouver, mais ils ont besoin de nous tous. Alors soyez prudents.” En pleine crise du coronavirus, Jean-Jacques Goldman, d’ordinaire extrêmement discret, a choisi de s'exprimer. Connu pour ses engagements caritatifs, Jean-Jacques Goldman a ainsi tenu à envoyer un message à ses compatriotes Français afin qu’ils respectent le confinement… mais aussi, afin de les remercier. Dans une vidéo artisanale publiée sur les réseaux sociaux lundi 23 mars 2020, le roi de la chanson française chante simplement, face caméra et visiblement à son domicile, pour soutenir les habitants de l’Hexagone. L’auteur-compositeur et interprète, souvent élu personnalité préférée des Français, a réécrit les paroles de sa propre chanson, Il changeait la vie, sortie en 1988. Ci-dessous, une retranscription des paroles du morceau modifié par Jean-Jacques Goldman.

“C’est des pères et des mères,Docteurs ou brancardiers, Aide-soignants, infirmières, Agents de sécuritéQui ont mille raisons De rester confinés, Mais leur propre raisonNe pas laisser tomberIls nous donnent du temps, du talent et du coeur,Oubliant la fatigue, la peur, les heuresEt loin des beaux discours, des grandes théories, A leurs tâches chaque jour, sans même attendre un “merci”Ils sauvent des vies.Caissières, éboueurs, Un cadre, un ouvrier, Un routier, un facteur, Paysan ou PDG, Tous auraient très bien pu,Se mettre en retrait, Mais ils pensent, têtus, Qu’ils ont un rôle à jouer Ils nous donnent du temps, du talent et du coeur, Oubliant la fatigue, la peur, les heuresEt loin des beaux discours, des grandes théories, A leurs tâches chaque jour, sans même attendre un “merci”Ils sauvent nos vies. Merci, merci, merci,Merci, merci, merci,Merci, oh, merci, Les boulangers, les politiques, les équipages, Les cheminots, les militaires,Merci à tous ceux que j’oublie,Les ambulances, les taxis.”

A la fin de ce court clip, des photos de tous les différents corps de métiers cités dans ladite vidéo, et que Jean-Jacques Goldman remercie

(...) Cliquez ici pour voir la suite