Coronavirus : Jean-Pierre Foucault pousse un coup de gueule contre le gouvernement

Jean-Pierre Foucault n’est pas content et il le fait savoir. Samedi 14 mars 2020, le célèbre présentateur de TF1 a pris la plume pour pousser un coup de gueule sur son compte Twitter au sujet de la crise du coronavirus et, plus particulièrement, de la gestion de cette crise. Un coup de gueule pour inciter ses compatriotes à rester confinés chez eux… mais aussi contre le gouvernement. Son cheval de bataille ? Les masques, à l'instar de son collègue Jean-Pierre Pernaut, qui s'est, lui aussi, récemment agacé à ce sujet. “Il faut que nous soyons disciplinés pour protéger nos familles”, commence Jean-Pierre Foucault. “Au fait, on voit à la télévision, dans tous les pays, des porteurs de masques... mais chez nous ils sont introuvables ! Alors ? Si le gouvernement agissait ? Vite.” Son message a rapidement été retweeté en masse. Il a été publié avant la seconde intervention du président de la République Emmanuel Macron ce lundi 16 mars 2020. Lors de cette allocution télévisée, suivie par plus de 35 millions d’habitants de l’Hexagone, le chef d’Etat a annoncé une nouvelle série de mesures afin d’éviter la propagation du covid-19 en France.

"Le masque n’est pas la bonne réponse pour le grand public", affirme le gouvernement

A compter du mardi 17 mars à 12h00 et “pour quinze jours minimum”, les déplacements sont ainsi interdits sauf dans quatre cas précis, et uniquement à condition d'être munis d'une attestation (disponible sur ce site dédié). Il ne sera donc possible de se déplacer que pour se rendre à son lieu de travail si le télétravail n’est pas possible, pour faire ses achats de première nécessité dans les commerces de proximité autorisés, pour se rendre auprès d’un professionnel de santé, pour se déplacer afin de gérer la garde des enfants ou pour aider les personnes vulnérables ou, enfin, pour faire de l’exercice physique “uniquement à titre individuel, autour du domicile et sans aucun rassemblement.” Pour ce qui est des masques, le gouvernement explique que “le port du

(...) Cliquez ici pour voir la suite