Jean-Pierre Pernaut quitte le JT de 13 heures pour cause de coronavirus

C’est une triste nouvelle pour les fans de Jean-Pierre Pernaut. Après plus de trente ans aux commandes du journal de 13 heures, le célèbre journaliste quitte l’antenne de TF1. Nos confrères du Parisien ont révélé l’information : à partir du mardi 17 mars 2020, et pour une durée indéterminée, Jean-Pierre Pernaut n’assurera plus la présentation du JT. Cette décision fait bien évidemment suite aux mesures de confinement mises en place par le gouvernement pour stopper la propagation de l’épidémie de coronavirus. Contrairement à plusieurs séries et émissions télévisées, comme Plus belle la vie, Demain nous appartient ou encore Un si grand soleil qui ont dû mettre un terme à leurs sessions de tournage, le journal de 13 heures continuera d’être diffusé chaque jour. Comme toujours, c’est Jacques Legros qui remplacera Jean-Pierre Pernaut sur le plateau de TF1. Mais le présentateur ne sera pas totalement absent, comme il l'a annoncé sur son compte Twitter : “De mon côté, en coulisses avec les équipes de l’Info, nous travaillons à l’organisation des moyens pour continuer à vous informer au mieux dans ces circonstances exceptionnelles.”

Jean-Pierre Pernaut ne prendra aucun risque face au coronavirus

Jean-Pierre Pernaut, qui fêtera son 70e anniversaire le 8 avril 2020, a préféré prendre ses précautions et donc laisser son fauteuil à son fidèle joker. Jean-Pierre Pernaut est très à cheval sur le respect des règles sanitaires instaurées en cette période de crise mondiale. Sa quinte de toux durant le lancement d’un sujet sur le coronavirus n’était pas passée inaperçue auprès des téléspectateurs. Beaucoup ont imaginé que le présentateur avait contracté le Covid-19, bien que Nathalie Marquay ait démenti la rumeur sur le plateau de C’est que de la télé, le 11 mars dernier. Malgré sa trachéite, Jean-Pierre Pernaut était resté fidèle au poste. Le journaliste s’était même servi de sa position pour tacler ouvertement le manque de masques de protection en France. “En tout cas, beaucoup d'Italiens

(...) Cliquez ici pour voir la suite