Coronavirus : non, les jeunes ne sont pas épargnés par les formes graves du Covid-19

Ce n’est plus un secret : face au coronavirus, certains profils sont plus à risques que d’autres. On pense notamment aux personnes âgées et aux personnes souffrant de maladies. Les chiffres du Centre chinois de contrôle et prévention des maladies le confirment : le taux de mortalité est plus élevé chez les personnes de plus de 80 ans, puisqu’il atteint les 14,8 %.

Même constatation pour les personnes malades : le taux de mortalité s’élève à 10,5 % chez les patients atteints d’une pathologie cardiovasculaire, à 7,3 % chez ceux qui souffrent de diabète et à 5,6 % chez ceux touchés par un cancer.

En France aussi, 33 des 48 personnes décédées du Covid-19 étaient âgées plus de 75 ans et la majorité d’entre elles avaient des maladies chroniques, comme l’a indiqué le ministre de la Santé Olivier Véran.

Covid-19 chez les jeunes : un taux de mortalité faible, mais pas inexistant

Une réalité qui n’empêche pas les plus jeunes d’être touchés par le coronavirus. Chez 30-39 ans, la mortalité s’élève à 0,2 %. Un taux faible, mais pas inexistant, signe que des formes graves de la maladie peuvent aussi se développer chez les jeunes. "Il n'est plus rare de voir des jeunes de 30 ou 40 ans, sans pathologie. C'est la réalité du terrain. Le cercle s'élargit", confirme Gilles Pialoux, chef du service infectiologie de l'hôpital Tenon, au Parisien.

Des formes graves de la maladie chez des individus jeunes ont d’ailleurs été médiatisées. On pense notamment à Li Wenliang, un ophtalmologiste de 33 ans mort du Covid-19 le 7 février 2020 à Wuhan, en Chine, mais aussi à Mattia, un Italien de 38 ans décrit comme "sportif" et "en bonne santé". Après avoir passé trois semaines sous respiration artificielle aux soins intensifs de la polyclinique de Pavie (Lombardie), son état s’est enfin amélioré et il a pu sortir de l’hôpital.

Dans son allocution du jeudi 12 mars, Emmanuel Macron a d’ailleurs indiqué qu’il fallait se préparer "à une deuxième vague qui touchera, un peu plus tard, des personnes plus jeunes

(...) Cliquez ici pour voir la suite