Olivier Véran : qui est l'épouse du nouveau ministre de la Santé ?

Eh bien, c'est un sacré bizutage qui a été réservé à notre nouveau ministre de la santé! Et malheureusement, contrairement aux blagues potaches très populaires chez les étudiants en médecine dont il a fait partie, l'épidémie est bel et bien réelle et elle ne plaisante pas. Depuis l'arrivée du Coronavirus dans l'hexagone, Olivier Véran est extrêmement sollicité par les médias. En effet, les français sont très inquiets et guettent les moindres directives du gouvernement. Et les professionnels de santé ne sont pas en reste! En première ligne face au Covid-19, ils se démènent comme ils peuvent pour porter secours aux personnes touchées. L'épouse du ministre est d'ailleurs bien placée pour le savoir. Gynécologue obstétricienne à l'hôpital de Grenoble, ils se sont rencontrés alors qu'ils étaient tous deux étudiants en médecine.

⋙ Olivier Véran, nouveau ministre de la Santé : ses rares confidences sur son épouse

L'époque était alors bien moins morose et même plutôt festive si l'on en croit les confidences d'Olivier Véran sur le site Les Généralistes-Csmf. "J’étais en charge des soirées, se souvient-il. Les premières affiches que j’ai collées étaient pour les organiser. J’ai connu les internats avec les fresques, les ambiances carabines. En tant qu’interne on a besoin d’exutoires. C’est humain." Et c'est d'ailleurs au cours d'une de ces fêtes qu'il a rencontré celle qui deviendra sa femme. Elle le soutient dans son combat politique et ce depuis ses débuts en tant que député suppléant d'Isère. "Ma femme m’encourage dans ma démarche. (…) confie-t-il. Elle a fait des concessions professionnelles pendant trois ans lorsque j’étais à l’Assemblée nationale et elle est prête à en refaire aujourd’hui, mais en échange, je prends l’engagement de ne pas faire de la politique toute ma vie. Il faut qu’elle puisse, elle aussi, avoir l’occasion de se réaliser dans son activité professionnelle." Et si possible, loin du tumulte causé par cette épidémie!

À lire aussi : VIDÉO - "Télématin": ce message

(...) Cliquez ici pour voir la suite