Coronavirus: l’AP-HP lance une application de suivi à domicile pour les patients touchés par le Covid-19

Face à la pandémie de coronavirus, les hôpitaux sont sur le pied de guerre. Et pour cause : près de 2 900 personnes sont désormais touchées par le coronavirus en France et le Covid-19 a déjà causé 61 décès dans l'Hexagone.

Pour éviter une éventuelle saturation des établissements de santé, l’Assistance Publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) et Nouveal e-santé ont conçu Covidom, une application destinée aux patients atteints du virus Sars-CoV-19 ou suspectés d’en être porteurs. Déjà expérimentée auprès des patients des hôpitaux parisiens de référence (ESR) pour le Covid-19 (Bichat et Pitié-Salpêtrière), l'utilisation de cette application est désormais élargie à tout l’AP-HP.

#Coronavirus #COVID19 | L’AP-HP et @Nouveal_sante ont finalisé, #Covidom, une application #esanté destinée au suivi médical à domicile des patients porteurs ou suspectés Covid-19 qui ne nécessitent pas d’hospitalisation https://t.co/Zj41Wrpll1 pic.twitter.com/02hmUBPS2i

— AP-HP (@APHP) March 12, 2020 Covidom : un suivi à distance pour les patients contaminés

L’objectif de Covidom ? Proposer un suivi à domicile aux patients dont l'état de santé ne nécessite pas une hospitalisation. Pour ce faire, la personne touchée par le Covid-19 ou suspectée de l'être doit être passé par l'AP-HP. Le médecin qui a assuré sa prise en charge inscrit son patient dans l’application, afin que celui-ci puisse se connecter quotidiennement pour répondre en ligne à des questions sur son état de santé.

En fonction de ses réponses, et donc de l’évolution de ses symptômes, des alertes peuvent être envoyées à l’équipe soignante, qui contacte alors le patient pour adapter sa prise en charge. C’est notamment le cas si le patient signale une forte fièvre ou une gêne respiratoire importante. En cas d’urgence immédiate, il est néanmoins demandé au patient de contacter rapidement le Samu.

Le suivi à domicile permis par cette l'application Covidom va de pair avec les mesures de confinement.

*Cet article a été publié le 13 mars et

(...) Cliquez ici pour voir la suite