Coronavirus : le lieu de confinement de Patrick Bruel interroge

Le confinement pousse tout le monde à la créativité. Des vidéos d’anonymes et de people fleurissent jour après jour sur les réseaux sociaux. Pour le meilleur et pour le pire… Parfois aussi pour le rire. En pleine crise du coronavirus, de nombreuses célébrités ont ainsi tenu à prendre la parole sur la Toile pour remercier le personnel soignant et inviter leurs compatriotes à respecter leur travail en respectant le confinement. Jean-Jacques Goldman, Jean-Luc Reichmann, Christophe Dechavanne et bien d’autres encore ont publié des messages afin d'encourager leurs abonnés à écouter les consignes données par le gouvernement et à reproduire les gestes barrières en cas de sortie exceptionnelle. D’autres stars se laissent simplement porter par leur imagination et proposent écrits, poèmes ou chansons. C’est par exemple le cas de Patrick Bruel.

"Bouteilles de pinard ou dressing à tongs ?"

Le chanteur, accusé d’exhibition, d’agression et de harcèlement sexuels présumés, a voulu rendre hommage à ceux qui continuent de travailler en temps de covid-19 en cette fin du mois de mars. Il s’est ainsi affiché face à sa caméra pour une courte vidéo publiée sur les réseaux sociaux. “Je veux offrir ces quelques rimes à tous ces hommes anonymes, à tous ces héros quotidiens pour un sourire ou pour un rien”, chante-t-il. Mais ce n’est pas son morceau qui a retenu l’attention des internautes : c’est son lieu de confinement, ou plutôt l’endroit où il a enregistré ce court clip destiné aux réseaux sociaux, Patrick Bruel s’affichant en effet devant ce qui semble être… une jolie cave à vins. “La chanson c’est horrible, par contre la cave à vin derrière on partagerait bien”, commente un internaute. “C’est sa cave derrière ?”, s’interroge un autre. D’autres curieux observateurs se demandent toutefois s’il ne s’agit pas plutôt de tongs. “C’est des chaussures ou des bouteilles de vin derrière ?” s’étrangle un curieux quand un autre s’exclame : “J’hésite vraiment entre les bouteilles de pinard ou le dressing

(...) Cliquez ici pour voir la suite