Coronavirus : le masque de protection maison, la bonne option ?

C.B

Ils sont en tissu, fabriqués avec un essuie-tout et des élastiques… Pour pallier la pénurie de masques médicaux contre le coronavirus, les masques « maison » sont désormais conseillés. Mais que valent-ils ? Si ces masques artisanaux ne protègent pas à 100 % d’une contamination, ils complètent les mesures barrières habituelles. On fait le point.

Les Français sont invités par le ministère de la Santé à porter des masques artisanaux. C’est le directeur général de la santé, Jérôme Salomon, qui l’a annoncé le 3 avril. La veille, c’est l’Académie nationale de médecine qui s’est positionnée en faveur d’une généralisation du port du masque à l’ensemble des Français : « Il est établi que des personnes en période d’incubation ou en état de portage asymptomatique excrètent le virus et entretiennent la transmission de l’infection, souligne l’institution dans un communiqué. En France, dans ce contexte, le port généralisé d’un masque [alternatif] par la population constituerait une addition logique aux mesures barrières actuellement en vigueur. »

Ainsi, le masque serait une mesure barrière supplémentaire au lavage des mains, à la distanciation sociale, à l’habitude de tousser dans le coude, etc. Etant donné la pénurie de masques médicaux en France, le masque artisanal est considéré comme une alternative aux masques chirurgicaux, des masques qu’ont l’habitude de porter les Asiatiques et que portent habituellement en France les dentistes. 

Les masques de protection maison dans le monde

Certains pays recommandent à leur population de sortir couverts depuis plusieurs semaines déjà. En Allemagne, l’Institut Robert-Koch, l’établissement en charge du contrôle et de la lutte contre les maladies au niveau fédéral, a encouragé les citoyens à...

Lire la suite sur Femina.fr

A lire aussi