Coronavirus : Michel Cymes tient à rassurer les Français, "Il n'y a pas de psychose à avoir"

Face à l'épidémie de coronavirus qui sévit dans le monde, les chaînes prennent, les unes après les autres, des mesures spéciales. Mardi 3 mars 2020, c'était au tour de France 2, véritable pilier du service public, de prendre les choses en mains en organisant une émission spéciale consacrée au tristement célèbre Covid-19. Le service était assuré par Michel Cymes et la journaliste Emma Strack, accompagnés d'une équipe d'experts comme le professeur Éric Caumes, chef du service Maladies infectieuses et tropicales à la Pitié-Salpêtrière, et Arnaud Fontanet, épidémiologiste à l'Institut Pasteur. Le nouveau ministre de la santé Olivier Véran, qui avait remplacé Agnès Buzyn au pied levé, était également présent sur le plateau. Avant tout, le ton se voulait rassurant, a expliqué le médecin le plus connu du PAF dans Le Parisien.

⋙ Coronavirus : 4 conseils pour parler de l'épidémie de Covid-19 aux enfants

L'objectif était d'énoncer les mesures préventives à prendre pour limiter sa propagation, comme "se laver les mains, rester chez soi si on a des doutes...". Et surtout "limiter la promiscuité." Ce qui signifie, pas de serrage de mains ou de bise à vos collègues en arrivant au bureau le matin. "Quand vous avez un rhume, vous n'embrassez pas vos collègues, si?" s'est interrogé Michel Cymes dans Le Parisien. D'ailleurs, s'il dénonce un "matraquage médiatique qui n'arrange pas les choses" depuis que l'on a pris connaissance de l'existence du virus, il soutient fermement les décisions gouvernementales prises ces derniers jours d'annuler des concerts et des manifestations sportives. "C'est un moyen de monter des barrières contre ce virus." a-t-il déclaré.

Enfin, l'émission visait aussi à mettre au rebut certaines fake news "ridicules comme raconter que ce virus serait une punition divine ou l'invention d'un laboratoire". Quoi qu'il en soit, l'animateur de Ça ne sortira pas d'ici ! reste confiant en la médecine française, "une des meilleures au monde", pour endiguer l'épidémie avant d'en

(...) Cliquez ici pour voir la suite