Coronavirus : Michel Drucker totalement esseulé sur France 2

Comme tout le monde, en ces temps de crise liée au covid-19, le Taulier de la télé est confiné. Confiné, certes, mais sur son propre plateau. Le 22 mars 2020, le présentateur de Vivement dimanche Michel Drucker est arrivé seul sur le tournage du programme phare de France 2. Pas de public et pas d’applaudissements pour cette émission spécialement consacrée à Jean Ferrat. Avec la crise du coronavirus, les équipes du programme de France Télévisions ont dû s’adapter. Michel Drucker s’est ainsi présenté seul face aux caméras, offrant aux téléspectateurs une ouverture d’émission pour le moins particulière. “Bonjour, c’est un Vivement Dimanche plus intime, plus personnel que je vous présente ce soir sur France 2”, a-t-il commencé, debout, au beau milieu du mythique plateau blanc et rouge. “Plus intime parce qu’il n’y a pas de public sur le plateau du studio Gabriel pour des raisons que vous connaissez.” Et de préciser, d’une voix grave et solennelle : “Ce sera le cas pendant plusieurs dimanches encore.”

Un "Vivement dimanche" particulier en temps de crise du coronavirus

Un autre élément témoignait des circonstances exceptionnelles qui dictent de nouvelles règles pour tout le monde durant cette crise du covid-19. En début d’émission, alors que l’ami des stars présentait le programme, les téléspectateurs pouvaient voir un bandeau défiler en bas de l’écran : “Cette émission a été enregistrée avant les dernières mesures gouvernementales liées à la crise sanitaire du Covid-19”, pouvait-on lire. L'émission Vivement dimanche a également été diffusée à un horaire décalé et commencé à 16h20. En début d’après-midi, à 14h10, les Français ont pu retrouver avec plaisir Louis de Funès grâce à la diffusion de La Grande Vadrouille, qui a fait un carton d’audience et montré que les habitants de l’Hexagone avaient sans doute besoin de se changer les idées. Ainsi, plus de 5 millions de téléspectateurs ont regardé ce film culte, pour une part de marché de 29,8%. Certains internautes attentifs ont

(...) Cliquez ici pour voir la suite