Mort du musicien Manu Dibango à cause du covid-19

Celui que l’on surnommait “Papy Groove” s’en est allé. Manu Dibango, célèbre saxophoniste, est mort à l’âge de 86 ans. Il avait été diagnostiqué positif au coronavirus. C’est la famille du musicien qui, mardi 24 mars au matin, a annoncé son décès des suites du covid-19. "Chers parents, chers amis, chers fans, une voix s’élève au lointain… C'est avec une profonde tristesse que nous vous annonçons la disparition de Manu Dibango, notre 'Papy Groove', survenue le 24 mars 2020 à l'âge de 86 ans, des suites du Covid-19", a-t-elle ainsi déclaré sur la page Facebook du musicien. "Les obsèques auront lieu dans la stricte intimité familiale, et un hommage lui sera rendu ultérieurement dès que possible", précise le communiqué. Le 18 mars, les fans de Manu Dibango avaient appris la contamination de l'artiste via sa page Facebook. “Cher public, chers amis, nous portons à votre information qu’après une récente hospitalisation due au Covid 19, Manu Dibango se repose et récupère dans la sérénité”, lisait-on alors. “Il vous demande de respecter son intimité. Il se réjouit d'avance de vous retrouver prochainement et vous demande, en cette période troublée que nous traversons tous, de bien prendre soin de vous.”

Chevalier de la Légion d'Honneur en 2010

Né au Cameroun en 1933 de parents protestants, Manu Dibango (Emmanuel N'Djoké Dibango de son vrai nom) est initié au chant par le biais de la chorale du temple, où sa mère est professeure. Il est envoyé faire ses études en France et arrive à Marseille en 1949. Il découvre la culture française dans une famille d’accueil de la Sarthe. Au cours de sa carrière, Manu Dibango a collaboré avec les plus grands, de Dick Rivers à Nino Ferrer en passant par Serge Gainsbourg. L'un de ses grands succès, Soul Makossa, sorti en 1972, a fait parler de lui encore plus que les autres. En 2009, Manu Dibango avait en effet attaqué les maisons de disques de Michael Jackson et de Rihanna pour avoir utilisé sans son autorisation le thème de Soul Makossa. La procédure

(...) Cliquez ici pour voir la suite