Coronavirus : où, quand et comment se faire dépister ?

"La France est prête pour tester massivement" à partir du début du déconfinement, soit ce 11 mai, selon le ministre de la Santé, Olivier Véran. À ce jour, l’objectif du gouvernement est d’éviter une deuxième vague de l’épidémie. Pour cela, les autorités ont promis de réaliser 700 000 tests PCR par semaine, afin d’isoler le plus rapidement possible les porteurs du virus.

Pour la première fois, le gouvernement a présenté et diffusé une carte définitive montrant les capacités par départements en tests virologiques. Sur celle-ci, la France est entièrement verte. Cela signifie que "la capacité de dépistage est dès aujourd'hui au niveau des besoins estimés. Les territoires seront dans leur totalité en capacité de tester largement", a souligné le ministre de la Santé, lors de la présentation du plan de déconfinement le 7 mai.

Les tests de dépistage sont désormais accessibles à tous

Depuis le 11 mai, les tests PCR, qui prélèvent les cellules au fond du nez à l’aide d’un écouvillon, ne sont plus réservés au personnel soignant et aux individus fragiles. Toutes les personnes présentant des symptômes évocateurs du coronavirus ou ayant été en contact avec un malade confirmé, peuvent dorénavant se faire dépister, avec l’accord de leur médecin qui devra leur fournir une ordonnance. Le ministre de la Santé a déclaré que ces tests seront remboursés à 100 % par l’Assurance Maladie.

Coronavirus : quand et comment se faire dépister ?

Toux, fièvre, perte de goût et d'odorat... Si ces signes se manifestent, il convient de contacter immédiatement son médecin. "S’il ne répond pas, contactez un médecin de garde et si vous n’en trouvez pas, contactez le 15, pour qu’ils vous orientent vers un médecin disponible", a détaillé Olivier Véran. Le médecin pourra prescrire un test de dépistage au patient, s’il estime que cela est nécessaire. Les résultats du test doivent être transmis au potentiel malade sous 24 heures. En attendant de les avoir, le médecin demandera à la personne testée de rester chez

(...) Cliquez ici pour voir la suite