Coronavirus : pourquoi les Français dévalisent les rayons de papier toilette

En venir aux mains pour du papier toilette. C'est une image surréaliste et pourtant elle a bien eu lieu, et à plusieurs endroits. Depuis le début de la pandémie du coronavirus, que ce soit en France, en Italie ou aux Etats-Unis, les consommateurs se ruent en masse dans les supermarchés pour faire leur stock de papier toilette. Pourtant, à aucun moment il n'a été annoncé que ce papier pouvait protéger du coronavirus. Alors comment expliquer cet engouement pour ce produit ? Selon Steven Taylor, auteur de La pathologie des pandémies, cité dans les colonnes du Parisien, c'est la répétition de ces images de rayons vidés qui a entraîné la peur de la pénurie. "Je pense que ça vient probablement des images stupéfiantes diffusées sur les réseaux sociaux qui étaient très claires : les paquets sont très reconnaissables et c'est devenu un symbole de sécurité dans la tête des gens", a-t-il ainsi expliqué.

Alors que les gouvernements expliquent aux personnes qu'elles doivent seulement se laver les mains et rester confinées pour limiter la propagation du virus, certaines ont besoin de plus de sécurité. "Les gens se ruent sur le papier-toilette parce que c'est un moyen d'éviter les choses dégoûtantes", a encore assuré le professeur de psychologie à l'Université de Colombie britannique. Selon lui, la peur a largement été augmentée par les réseaux sociaux. Ils ont permis "la diffusion massive d'images et de vidéos dramatiques autour du monde, ce qui a aggravé le sentiment de menace et d'urgence". La panique est aussi engendrée par les gouvernements qui ne parviennent pas à rassurer leur population puisque ce virus est nouveau et que personne ne sait vraiment comment et quand ça va se terminer.

Vers une augmentation du prix du papier toilette ?

Selon des économistes, c'est la théorie du Zero risk bias qui est entré dans la tête des gens au début de la pandémie. "Nous voulons avoir un sentiment de contrôle avec des budgets limités", a expliqué Farasat Bokhari, spécialiste de l'économie de

(...) Cliquez ici pour voir la suite