Coronavirus : qu’est-ce que la réserve sanitaire mobilisée par l'Ordre des Médecins ?

Après l’Italie, le coronavirus continue de s’étendre sur le territoire français. Selon Santé publique France, 1784 cas ont été recensés et 33 personnes sont décédées suite à la contraction du virus*. Face à cette crise épidémique, le Conseil National de l’Ordre des Médecins, le Conseil national de l’Ordre des Infirmiers et Santé publique France ont demandé le déploiement de la réserve sanitaire. Le 10 mars, les institutions ont appelé "les médecins et infirmiers qui le peuvent à rejoindre la réserve sanitaire, alors que s’accélère encore la propagation du Covid-19 ".

Cette mobilisation du personnel sert à renforcer le système de santé afin de répondre à des situations sanitaires exceptionnelles. La réserve sanitaire est notamment composée de médecins à la retraite, d’infirmières ou d’étudiants en médecine.

Coronavirus : l'appel de la réserve sanitaire pour les crises épidémiques

L’appel à la réserve sanitaire peut être émis par une agence régionale de santé (ARS) pour renforcer temporairement les structures de soin en difficulté. L’agence régionale de santé de zone de défense et de sécurité (ARSZ) peut également avoir recours aux volontaires de la réserve sanitaire.

En 2013, le ministère des Solidarités et de la Santé a publié un guide d’emploi sur la réserve sanitaire. D’après le document officiel "la constitution des réserves doit tenir compte de la diversité des ressources et de mettre en adéquation les profils aux missions". Les équipes de réservistes sont donc requises pour les crises épidémiques (la grippe, le chikungunya, la dengue) et les urgences climatiques durables et extrêmes.

Pour les situations nécessitant la prise en charge de nombreuses victimes, la réserve sanitaire peut également être sollicitée. Par exemple, pour les catastrophes naturelles, les attentats ou encore les accidents technologiques.

Le 30 janvier, un arrêté publié au Journal Officiel, avait déjà annoncé le déploiement de 80 réservistes sanitaires afin d’accueillir les ressortissants français

(...) Cliquez ici pour voir la suite