Coronavirus: la solidarité entre voisins fonctionne à plein

A en juger par les rues désertes, les magasins (autorisés) vides la plupart du temps, et la manière distante dont se croisent les rares piétons, il semble que les Français aient commencé à adopter les bons comportements pour éviter la propagation du virus. Les mesures annoncées par le chef de l'Etat et le Premier ministre sont désormais largement respectées. L'attestation de déplacement obligatoire limite également les allées et venues.

Pouvoir se déplacer, même de manière exceptionnelle, reste un luxe pour beaucoup. Personnes âgées, isolées, malades ou dans l'impossibilité de quitter leur domicile...Pour tous ceux là, la solidarité s'organise. L'association Voisins Solidaires qui propose chaque année depuis 2010 l'opération "immeubles en fête", invite chacun à prendre soin de ses voisins: promener le chien d'une dame âgée, prendre l'ordonnance d'une femme enceinte et chercher pour elles les médicaments à la pharmacie, garder quelques heures les enfants d'un voisin pour le laisser souffler un peu...Chacun prend aider à rompre l'isolement.

L'association a conçu un kit téléchargeable, permettant à toute personne de savoir comment venir en aide aux autres, sans prendre de risques pour sa santé et celle des autres. Il contient également un tableau que chacun peut afficher à l'étage ou dans l'immeuble pour se répartir les tâches. Plus de 100 000 kits ont déjà été téléchargés en quelques jours se félicite le président de l'association. "Le coronavirus est en train de déclencher chez les Français un tsunami de solidarité", s'est réjoui mercredi 18 mars sur franceinfo, Atanase Périfan. "Je vois plein de témoignages, on reçoit des milliers de mails sur le site ou à l'association. Il se passe de belles choses. On est en train de comprendre qu'on a besoin les uns des autres, qu'on est dépendants, on est tous les uns au-dessus des autres, le pavillon d’en face, l’étage du dessus... Et c'est un vrai message d'optimisme." Le virus de l'entraide en somme...

A lire aussi :

⋙ Coronavirus

(...) Cliquez ici pour voir la suite