Coronavirus : le témoignage poignant d'un Français vivant le confinement total en Italie

L'Italie est particulièrement touchée par le coronavirus. Il est d'ailleurs le deuxième foyer le plus touché au monde après la Chine. Depuis une semaine, 60 millions d'habitants sont obligés de rester confinés chez eux dans le seul but de ralentir la propagation du virus. Alors que la France entre peu à peu dans le confinement total, un Français vivant actuellement en Italie a décidé de prendre la parole pour raconter en quoi ce confinement bouleversait les vies. "Le 'confinement total', c'est l'aboutissement de mesures de plus en plus restrictives. Fermetures des écoles, des musées (ô combien importants à Florence), de l'aéroport, interdiction de se réunir donc télétravail, fermeture des magasins non essentiels, bars, restaurants , parcs...", a ainsi expliqué dans un premier temps un internaute, Alexis Kauffmann, sur Twitter. Tout comme en France actuellement, seuls les magasins de premières nécessités comme les pharmacies, les supermarchés ou les bureaux de tabac, sont ouverts.

Comme Emmanuel Macron l'a annoncé, lorsque les Italiens font leurs courses, ils doivent garder un mètre de distance entre eux. "Et si la police t’arrête, tu dois justifier d'où tu viens et où tu vas (il y a un formulaire à remplir en ligne). Ils ont mis des amendes à un enterrement à Naples qui n'a pas été apprécié !", a-t-il raconté avant d'expliquer que les personnes ne pouvaient pas acheter tout et n'importe quoi. "Par décret faut acheter que des vivres, j'ai voulu prendre un tube de colle pour le fiston. On m'a fait les gros yeux en me disant que je n'en avais pas le droit car pas essentiel. J'ai répondu qu'occuper mon fils était vraiment essentiel, mais ça n'a pas fait sourire."

⋙ Coronavirus: ces magasins et services qui ont étonnamment le droit de rester ouverts malgré le confinement

Aujourd'hui, ce qu'il trouve le plus compliqué, c'est s'occupé son enfant en bas âge. En tant que professeur, il doit aussi se rendre disponible pour ses élèves afin d'assurer la "continuité pédagogique" demandée

(...) Cliquez ici pour voir la suite