Coronavirus : « Est-ce que je vais pouvoir accoucher avec mon compagnon à mes côtés ? »

Ophélie Daguin

Les hôpitaux sont débordés, les numéros d’urgence saturés et l’inquiétude grandit. Mais quid des femmes enceintes qui doivent désormais se préparer à donner la vie en pleine pandémie de coronavirus. Témoignage.

« La magie du moment est ternie ». Alors qu’elle s’apprête à donner naissance à son premier enfant, Kathlene, 35 ans, enceinte de huit mois et demi, a toute une foule de questions qui se bouscule dans sa tête. Faisant ainsi de cet heureux événement, une aventure encore plus angoissante qu’elle ne l’est déjà. Jusqu’à encore quelques jours, la gérante du salon de coiffure « Bubble Factory », à Paris, vivait une grossesse quelque peu difficile mais tout de même rassurante, bien entourée par ses proches et le personnel médical. Seulement voilà, les récentes mesures prises pour contrer la propagation du coronavirus viennent chambouler les plans de cette future maman et obscurcir les conditions d’arrivée de son bébé. « Tous mes derniers cours de préparation à l’accouchement viennent d’être annulés et le stress monte. J’ai choisi d’accoucher à la maternité des Bluets, dans le 12e arrondissement de Paris. Ce qui est rassurant dans mon choix, c’est que contrairement à un hôpital, il n’y aura pas d’urgences liées au virus. Sinon, l’état de stress serait encore plus fort. Mais si je perds les eaux aujourd’hui ou demain, je sais simplement que je dois me rendre aux urgences de la maternité. »

« Je me prépare au pire et on verra »

En plan blanc depuis plusieurs jours maintenant, les hôpitaux sont débordés, les numéros d’urgence saturés, les sirènes des pompiers ne cessent de raisonner dans les rues et peu de...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi