Notre corps ne serait finalement pas à 37°C !

Vous prenez votre température et le thermomètre affiche 37°C ? Il se pourrait bien que vous ayez une légère fièvre… Selon une nouvelle étude, publiée dans la revue scientifique eLife, la température corporelle "normale" aurait baissé depuis plus d’un siècle. Elle serait ainsi passée de 37°C à 36,6°C, soit une chute de presque 0,5°C.

0,03°C en moins par décennie

Pour arriver à une telle conclusion, les scientifiques de l’université de Stanford (États-Unis) ont épluché les mesures de température de près de 600 000 personnes, entre 1862 et 2017. Selon leurs résultats, la température moyenne aurait baissé de 0,03°C tous les dix ans. Les hommes nés à la fin du XIXe siècle présentaient des températures corporelles avec 0,59°C de plus qu’aujourd’hui. Les femmes, elles, auraient vu leur température baisser de 0,32°C depuis 1862.

Pourquoi 37°C ?

Contrairement aux poissons et aux insectes, l’être humain est homéotherme, ce qui signifie que sa température interne est constante. Chez l’Homme, il était communément admis que la norme soit située entre 37°C et 37,5°C. En 1868, Karl August Wunderlich, médecin allemand, a défini ce point d’équilibre physiologique après avoir étudié les relevés de près de 25 000 personnes. Étant un repère et non une norme, ce chiffre était supposé varier dans le temps. C’est ce que prouve cette nouvelle étude.

Différente selon les conditions de vie

Aux prémices de l’enquête, les chercheurs pensaient justifier ce refroidissement par la fiabilité des instruments de mesure. À la fin du XIXe siècle, les thermomètres étaient bien moins précis que ceux d’aujourd’hui, ce qui aurait pu expliquer cette baisse. Que nenni ! La baisse étant régulière et stable depuis 1862, les scientifiques ont écarté cette option. "L'environnement dans lequel nous vivons a changé. Aujourd’hui, on développe moins d'infections, grâce aux vaccins et antibiotiques. Notre système immunitaire est donc moins actif et nos tissus corporels moins enflammés", expliquent le Pr Parsonnet et son équipe,

(...) Cliquez ici pour voir la suite