Coupe du monde 2022 : Human Rights Watch accuse le Qatar de violence envers la communauté LGBTQ+

Matthew Ashton - AMA / Contributeur

C’est un rapport glaçant qu’a publié Human Rights Watch, lundi 24 octobre. À moins d’un mois du coup d’envoi de la Coupe du monde, l’ONG dénonce des pratiques discriminatoires significatives envers la communauté LGBTQ+ au Qatar. La police qatarie a effectivement détenu arbitrairement, maltraité et harcelé sexuellement plusieurs personnes LGBTQ+ entre 2019 et 2022, avance l’association. "Les forces du département de la sécurité préventive du Qatar ont arrêté arbitrairement des personnes lesbiennes, gays, bisexuelles et transgenres (LGBT) et les ont soumises à de mauvais traitements en détention", précise-t-elle dans son rapport, comme l’a indiqué Courrier international.

Human Rights Watch rapporte notamment "six cas de passages à tabac graves et répétés et cinq cas de harcèlement sexuel en garde à vue". L’organisation de défense des droits humains relate plus précisément le témoignage de six personnes – quatre femmes trans, une femme bisexuelle et un homme homosexuel – revenant sur les conditions de leur emprisonnement dans un centre de détention souterrain à Doha et sur le mauvais traitement infligé par les agents du département de "sécurité préventive" du ministère de l’Intérieur qatari, en septembre 2022.

Les agents qataris auraient en effet "harcelé verbalement et maltraité physiquement des détenus, leur administrant gifles et coups de pieds et de poings jusqu'à ce qu'ils saignent". "Une de ces femmes dit avoir perdu conscience", poursuit l’ONG dans son rapport, avant d’assurer (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Halloween : ces 10 films d’horreurs sont les plus effrayants de tous les temps selon la science
Une influenceuse vante un produit pour blanchir la peau de son bébé, et dit tout du racisme de nos sociétés
Love coach, influenceurs... Comment la misogynie et la culture du viol se propagent grâce aux réseaux sociaux
Plus d’un tiers des Français ont déjà subi du harcèlement sur leur lieu de travail, selon une enquête
Les streameuses dénoncent le cyberharcèlement et le sexisme dont elles sont victimes sur Twitch