Publicité

Coupe du monde : au Qatar, des travailleurs étrangers licenciés, voire arrêtés et expulsés

“Une postface choquante de la Coupe du monde, dont la Fifa a promis qu’elle laisserait un héritage durable de meilleurs droits des travailleurs” au Qatar, commente le quotidien britannique The Guardian.

Les ressortissants pakistanais Shakir Ullah et Zafar Iqbal, ainsi qu’un ressortissant indien dont le nom n’a pas été communiqué, ont été condamnés à six mois de prison et à une amende de 10 000 riyals (un peu plus de 2 500 euros) chacun.

Cette condamnation intervient quatre mois après leur arrestation. Leur crime ? “Avoir tenté de résoudre un différend concernant des salaires impayés.”

Ces trois hommes, explique The Guardian, faisaient partie des centaines d’agents de sécurité employés par une compagnie privée déployés sur les sites de la Coupe du monde en novembre et décembre derniers.

Stark Security Services a licencié tous ces employés dans les jours qui ont suivi la finale de la compétition alors qu’il leur restait plusieurs mois jusqu’à la fin de leur contrat.

“Nous ne sommes rien pour eux”

Jacob et Patrick – leurs prénoms ont été modifiés –, de nationalité kenyane, font partie de ces personnes licenciées. Ils étaient affectés à la sécurité du stade 974 de Doha, constitué de 974 conteneurs et qui a été démonté quelques jours après avoir accueilli le huitième de finale entre le Brésil et la Corée du Sud.

La nouvelle de leur licenciement a été un “choc”, car il leur restait trois mois jusqu’à la fin de leur contrat. Après avoir perçu leur dernier salaire, on leur a demandé de quitter leur logement. Jacob déplore : “Quand ils avaient besoin de nous, ils nous traitaient bien. Mais maintenant ils en ont fini avec nous, nous ne sommes rien pour eux.”

Après avoir tenté de contester la résiliation anticipée de leurs contrats, les deux hommes auraient été arrêtés et expulsés avec des centaines d’autres, selon le journal britannique.

Interrogé sur cette affaire par le Guardian, un responsable de l’International Media Office de l’État du Qatar a déclaré que Stark Security Services n’avait pas respecté les lois du travail du pays et serait sanctionné.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :