Coupe du monde de rugby: "les Bleus sont habités par leur mission!", assure Florian Grill avant France-All Blacks

C'est le Jour-J! Après quatre ans d'attente et une élimination cruelle en quarts de finale de la précedente édition face au pays de Galles (20-19), le XV de France lance "sa" Coupe du monde face à la Nouvelle-Zélande, ce vendredi (21h15) au Stade de France.

"Tous les poils sont dressés!"

Et ils l'abordent dans la peau des favoris aux côtés des Blacks et de l'Afrique du Sud, notamment. Invité d'Apolline Matin sur RMC ce vendredi, Florian Grill, président de la Fédération française de rugby (FFR), ne cache pas son impatience à quelques heures du match d'ouverture. Comment vont les Bleus?

"Ils vont bien, répond-il. Ils sont habités par la mission qui est la leur et veulent redonner le sourire au pays. Ils se sont préparés comme des fous pendant quatre ans et qui ont envie de vivre une aventure humaine, collective de dingue."

"On a les poils, poursuit-il. On attend cette Marseillaise avec une impatience folle, je pense qu'elle sera a cappella comme d'habitude et là, tous les poils sont dressés."

>> Suivez toutes les infos de la Coupe du monde en direct

Au-delà de l'ambition sportive, les Bleus incarnent la possibilité d'offrir un moment d'union nationale dans un contexte social lourd, selon le président de la Fédération. "J’en suis persuadé mais je n’ai pas envie que ce soit un moment fugace qui disparaisse, explique-t-il. J’insiste pour dire que les 1950 clubs de France donnent le sourire au pays dans le temps. Ils s'investissent pour créer du lien entre les gens, ce sont les dernies endroits où les gens se mélangent, les clubs de sport et le rugby en particulier."

Il conclut en affichants sa grande sérénuté sur les qustions de sécurité et d’organisation. "Je pense qu’on est prêt, il y a une super équipe de "France 2023" (le comité d'organisation) qui a travaillé sur cette Coupe du monde, souligne-t-il. J’ai beaucoup discuté avec les forces de l’ordre, notamment lors du match de préparation contre l’Ecosse à Saint-Etienne, ils me disent: ‘quand c’est le rugby, c’est formidable, on enlève les barrières de sécurité, les gens sont conviviaux, il n’y a pas de problème ni avant, ni après'. Ça se passera bien sauf évènement catastrophique évidemment. Mais avec les supporters, ça se passera bien."

Article original publié sur RMC Sport