Couple : l’infidélité pourrait être “contagieuse”, selon une nouvelle étude

Ce phénomène étrange a un nom : la contagion sociale. Selon une étude récente publiée par le site PsyPost, les personnes infidèles pourraient "contaminer" les personnes fidèles. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, il n’existe pas forcément deux catégories, celle des personnes fidèles et celle des personnes infidèles, puisque, selon la situation, notre tendance pourrait être amenée à changer. “Les personnes engagées dans une relation monogame résolvent généralement le conflit entre leur désir de partenaires alternatifs et le souhait de maintenir la relation actuelle en utilisant des stratégies qui les aident à surmonter la tentation”, rapporte le site, mais, selon les circonstances, ces stratégies de protection pourraient bien être abandonnées.

En effet, l’infidélité serait, au même titre que la consommation d’alcool, les jeux d’argent ou le vol, influencée par ce qui semble être accepté dans un groupe, c’est-à-dire ce qui est autorisé par les normes sociales. Ainsi, le fait de voir les membres de notre groupe social s’adonner à un certain comportement pourrait assouplir nos propres règles.

Pour obtenir ces résultats, les chercheur·euses ont réalisé trois expériences. Dans la première, les participant·es ont été exposé·es à des statistiques sur la prévalence élevée ou basse de l’infidélité, puis ont dû écrire le premier fantasme sexuel qui leur venait à l’esprit. Lors de la deuxième expérience, un groupe a lu la confession d’une personne ayant trompé son partenaire et l’autre (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Les “super-sosies” partageraient bien plus qu’une apparence, selon la science
Vous avez mauvaise haleine ? Vous risquez aussi d'avoir des troubles de l'érection, selon cette étude
En prouvant un lien entre alcoolisme et perfectionnisme, une étude entrevoit comment soigner cette addiction
Vous parlez dans votre sommeil ? Voici pourquoi c'est une excellente nouvelle pour votre couple
Sur Doctolib, des profils signalés car formés par une naturopathe promouvant des agressions sexuelles sur mineurs