Couple : il est trop possessif, que faire ?

"Un individu qui éprouve un besoin de domination excessive sur un autre personne", décrit le dictionnaire Larousse au sujet de la possessivité. Ce sentiment, qui empoisonne parfois de nombreuses relations amoureuses, est souvent confondu avec la jalousie. Bien qu’ils soient tous deux une plaie dans la vie de couple et créé parfois une relation toxique, la possessivité est tout autre.

Qu’est-ce que la possessivité ?

La possessivité est un sentiment naturel. Il peut être ressenti quand on est en couple, amoureux et que la relation est exclusive. "C’est tout à fait normal d’avoir peur que notre moitié aille voir ailleurs. Il est légitime d’éprouver une petite inquiétude lorsqu’il existe des rivaux. Si ce n’est pas gênant pour l’autre et le couple, on peut être possessif, sans que cela soit une pathologie grave", explique la thérapeute de couple Aurore Malet-Karas.

En revanche, être "trop possessif" pose un problème, selon la docteure en neurosciences. Aurore Malet-Karas signale que ce sentiment excessif est variable pour chaque personne. Un individu est "trop possessif" à partir du moment où son/sa partenaire ne sent plus bien vis-à-vis d’elle et de la relation. Cette extrême possessivité peut se traduire par plusieurs faits et gestes, notamment la violence, des menaces, mais pas que.

"Si notre conjoint(e) nous empêche de voir des amis, nous interdit d’être en contact avec des collègues, nous demande de quitter notre entreprise, nous espionne, écoute les appels, fouille dans notre téléphone… Tous ces signes affirment qu'il est trop possessif", détaille-t-elle. Selon Aurore Malet-Karas, ce comportement est intrusif et n’est pas forcément acceptable.

La thérapeute de couple soulève un autre point : "envers qui est le trop ?". Cette extrême possessivité peut être éprouvée "envers les autres hommes ou femmes qui entourent sa moitié ou envers le fait que la personne aimée travaille, réalise des activités, ait des amis".

Jaloux ou possessif : quelle différence ?

D’après Aurore

(...) Cliquez ici pour voir la suite