EN IMAGES - Couples mythiques : John Fitzgerald et Jackie Kennedy, un destin de légende

·8 min de lecture
(Smith Collection/Gado/Getty Images).
(Smith Collection/Gado/Getty Images).

Il était le fils prodige d’un clan ambitieux. Elle possédait tous les atouts de l’épouse modèle. Ensemble, John Fitzgerald Kennedy et Jacqueline Bouvier ont gravi toutes les marches du pouvoir jusqu’à la Maison Blanche. Le 22 novembre 1963, l’ancien président des États-Unis était assassiné sous les yeux de sa femme. Retour sur une histoire d’amour qui a basculé dans la légende ce jour-là.

Un dîner presque parfait

C’est en mai 1952, au cours d’un dîner organisé par un ami commun, le journaliste Charles Bartlett, que Jacqueline Bouvier, alors reporter pour le Washington Time Herald, et John Fitzgerald, jeune candidat au siège de sénateur du Massachusetts, se rencontrent pour la première fois. Issue d’une famille de la haute société américaine, belle, très cultivée, la jeune femme apparaît alors comme le parti idéal pour l’ambitieux héritier du clan Kennedy.

Découvrez le portrait vidéo de John Fitzgerald Kennedy :

Un coup de foudre, mais…

JFK tombe immédiatement sous le charme de la jeune journaliste, de douze ans sa cadette, et entreprend sa conquête “comme un défi”, comme le révèlera plus tard Lem Billings, un proche des Kennedy. Bien qu’au courant de la réputation sulfureuse de l'homme politique, Jacqueline, quant à elle, préfère laisser libre cours à ses sentiments, estimant qu’”avoir le cœur brisé de cette manière en valait la peine”, comme elle le révèlera des années plus tard.

VIDÉO - Mais qui était vraiment Jackie Kennedy ?

Un siège et un mariage

Les deux jeunes gens commencent alors à se fréquenter assidûment, et c’est en amoureuse transie que la jolie brune assiste à l’accession de son compagnon au poste de sénateur du Massachusetts en novembre 1952. L’idylle devient très vite sérieuse : les fiançailles sont annoncées le 25 juin 1953, et le mariage leur succède moins de trois mois plus tard à Newport, dans l’État du Rhode Island.

(MPI/Getty Images)
(MPI/Getty Images)

L’événement de l’année

Pour leur mariage, considéré comme l’un des événements de l’année outre-Atlantique, les deux tourtereaux et leurs familles ont vu les choses en grand. La cérémonie, “terriblement victorienne”, selon l’heureuse élue, réunit quelques 800 invités, et plus de mille personnes se pressent à la réception donnée dans le domaine de Hugh Auchincloss, le beau-père de Jackie.

(Bettmann Archive)
(Bettmann Archive)

“Un climat d’affection, de confort et de détente”

Jackie s’épanouit sans peine dans le costume d’épouse modèle, cherchant à créer dans son foyer “un climat d’affection, de confort et de détente”. “John demandait clairement d’une femme une relation où l’homme est le leader”, révèlera-t-elle dans des enregistrements, réalisés en 1964 et rendus publiques en 2011, près de cinquante ans après l’assassinat de ce dernier.

“Happy Birthday, Mr. President”

Loin des clichés présentant les deux époux souriants et heureux, la vie maritale du couple Kennedy est toutefois loin d’être un long fleuve tranquille. Séducteur invétéré, John multiplie les incartades, dont certaines défraieront plus tard la chronique. Sa liaison avec Marilyn Monroe, entretenue des années durant à l’abri des palissades d’une maison de plage à Malibu, fera notamment les délices des amateurs de scandales. Une relation finalement interrompue un soir de mai 1962 au Madison Square Garden, après un “Happy Birthday, Mr. President” d’anthologie…

(Yale Joel/Life Magazine/The LIFE Picture Collection via Getty Images)
(Yale Joel/Life Magazine/The LIFE Picture Collection via Getty Images)

Une douleur indicible

Si Jackie parvient à faire bonne figure, elle est en revanche durablement affectée par deux événements tragiques. Le couple a en effet dû surmonter la perte de deux de leurs quatre enfants, une petite fille mort-née en 1956 (Arabella), et un garçon en 1963 (Patrick), décédé deux jours après sa naissance des suites d'une malformation pulmonaire. Après le décès de leur premier enfant, les amoureux se sépareront d’ailleurs brièvement, avant de ressouder leur famille autour de leurs deux autres enfants, Caroline, née en 1957, et John, né en 1960.

(Bettmann Archive)
(Bettmann Archive)

En route pour la présidence

En janvier 1960, le jeune sénateur du Massachusetts se porte candidat à l’élection présidentielle américaine. Déterminée à participer au succès de son époux, Jackie, enceinte, fait feu de tout bois. Elle multiplie les entretiens télévisés - en plusieurs langues -, et rédige un article hebdomadaire pour le Washington Time Herald.

VIDÉO - Quand une montre ayant appartenue à Jackie Kennedy se vendait une fortune :

Son élégance et son aisance ne seront d’ailleurs pas étrangères à la réussite du candidat, qui remporte de justesse la présidentielle américaine face à son concurrent, Richard Nixon, le 8 novembre 1960. Le 20 janvier 1961, JFK devient officiellement le 35e président des États-Unis.

(Bettmann Archive)
(Bettmann Archive)

Jackie, maîtresse de maison (blanche)

À 31 ans, Jackie devient l’une des plus jeunes premières dames des États-Unis. Ne souhaitant pas s’immiscer dans la vie politique du pays, elle se consacre à d’autres tâches. Elle s’attaque alors à un chantier qui lui tient à cœur : la restauration de la demeure présidentielle, laissée dans un piteux état par les époux Eisenhower. Connue pour ses goûts de luxe - elle défraie régulièrement des acheteuses aux quatre coins du monde pour lui rapporter ce qu’il se fait de plus beau - elle entreprend des travaux pharaoniques. “Nous devons faire de cette demeure quelque chose dont les Américains seront fiers, déclare-t-elle à l’époque. Je veux faire de la Maison Blanche la première maison de ce pays.”

(Getty Images)
(Getty Images)

Un couple complémentaire

La jeune femme ne se contente pas de jouer les décoratrices d’intérieur. Alors que son mari est requis par les affaires du temps, elle assume pleinement son rôle de First Lady. Ses manières raffinées, son élégance et son impressionnante érudition font merveille auprès des grands de ce monde. À commencer par Charles de Gaulle, rencontré en 1961, qui tombe immédiatement sous le charme. Lors de ce voyage présidentiel, à l’issue duquel plus de 100 000 personnes viendront acclamer le couple à l’aéroport d’Orly, John ira d’ailleurs jusqu’à dire : “Je suis l’homme qui accompagne Jackie Kennedy”.

(Paul Schutzer/The LIFE Picture Collection via Getty Images)
(Paul Schutzer/The LIFE Picture Collection via Getty Images)

“Il est rentré dans sa chambre à la Maison Blanche et il s’est mis à pleurer”

Rayonnante en public, Jackie est tout aussi présente auprès de son mari dans les moments difficiles, comme le révèleront les enregistrements réalisés en 1964. Elle y évoque ainsi un JFK en larmes devant elle, après le fiasco de l’invasion ratée de la baie des Cochons à Cuba, en 1961 : “Il est rentré dans sa chambre à la Maison Blanche et il s’est mis à pleurer, rien qu’avec moi… La tête entre les mains, il sanglotait. C’était tellement triste, parce qu’il y avait eu ses cents premiers jours, et tous ses rêves, et voilà cette chose terrible qui se produit. Et il voulait tellement bien faire.”

(National Archive/Newsmakers)
(National Archive/Newsmakers)

Vendredi 22 novembre 1963, Dallas, 12h34

Tout va basculer le vendredi 22 novembre 1963, à 12h34, à Dallas. En déplacement dans la ville texane pour tenter de reconquérir des États du Sud de plus en plus hostiles à sa présidence, JKF et Jackie défilent à bord d’une limousine SS-100-X, sur Dealey Plaza, lorsque trois coups de feu tirés d'une carabine italienne Mannlicher-Carcano déchirent la torpeur de ce début d’après-midi estival. Embusqué au sixième étage d'un immeuble abritant le dépôt des livres scolaires de État, Lee Harvey Oswald, un ex-marine, vient d'assassiner le 35e président des États-Unis.

(CORBIS/Corbis via Getty Images)
(CORBIS/Corbis via Getty Images)

“John, que t’ont-ils fait ?”

Jackie, terrorisée et désorientée, le tailleur maculé de sang, se précipite sur le coffre du véhicule, tentant désespérément de ramasser des parcelles de la tête de son mari. “John, que t’ont-ils fait ?” hurle-t-elle. Arrivé à l’hôpital Parkland, John F. Kennedy décède quelques minutes après son arrivé au bloc. Son épouse, elle, reste assise seule dans le couloir de l’hôpital. Au moment de se présenter de se présenter devant la presse, elle refuse de changer de vêtements, voulant “montrer à la face du monde” ce qu’on a fait à son mari.

(Bettmann Archive)
(Bettmann Archive)

Une nouvelle vie

Le 6 décembre 1963, Jackie Kennedy quitte la Maison Blanche pour la dernière fois. À l’été 1964, elle s’installe à New York, dans un appartement situé au 1040 Fifth Avenue. Elle l’occupera trente ans durant, jusqu’à la fin de ses jours. Entretemps, l’ex-Première Dame aura refait sa vie avec l’armateur grec Aristote Onassis, après avoir profité jusqu’à l’excès d’une vie mondaine pour laquelle elle a toujours eu un faible.

(Bettmann Archive)
(Bettmann Archive)

Le mythe Kennedy

Si les nombreuses révélations sur la vie du couple ont depuis longtemps fait vaciller le piédestal sur lequel il trônait, son aura est demeurée intacte. Car en ouvrant le feu sur le cortège du président, Lee Harvey Oswald n'a pas seulement détruit un homme : il a construit un mythe. Une légende qui inspire encore aujourd’hui les grands de ce monde.

(Paul Schutzer/The LIFE Picture Collection via Getty Images)
(Paul Schutzer/The LIFE Picture Collection via Getty Images)