La Cour suprême américaine révoque le droit à l'avortement : le cauchemar devient réalité

"Nous estimons que Roe et Casey doivent être annulés", a affirmé Samuel Allito en ce jour sombre. "La Constitution ne fait aucune référence à l'avortement, et aucun droit de ce type n'est implicitement protégé par une quelconque disposition constitutionnelle".

Ce vendredi 24 juin, les 6 juges conservateurs de la Cour suprême, menés par le Républicain Samuel Alito, ont renversé un arrêt historique, celui de Roe v. Wade. Désormais, chaque Etat américain pourra être libre d'interdire l'avortement. Sur 51, au moins 26 devraient le faire "immédiatement ou dès que possible", précise le Guardian, principalement dans le sud et le centre-ouest du pays.

A la suite de la décision de la Cour suprême, l'Etat du Missouri est d'ailleurs devenu le premier à interdire complètement l'avortement, comme l'a annoncé son ministre de la justice, Eric Schmitt.

Une décision "extrêmement rare" et presque "sans précédent", d'après Mary Ziegler, professeure invitée de droit constitutionnel à la Harvard Law School, professeure à l'Université de Californie, Davis School of Law et historienne de l'avortement. "Il est également extraordinaire de faire quelque chose comme cela si rapidement, sans aucun préavis", ajoute-t-elle au média britannique.

Et surtout tragique pour de nombreuses femmes.

Des interdictions qui toucheront de plein fouet les plus précaires

Cette révocation, bien que terrible, ne relève toutefois malheureusement pas de la surprise. En mai...

Lire la suite


À lire aussi

Aux Etats-Unis, elles revendiquent leur droit au topless face à la Cour suprême
La Cour suprême "made in Trump" s'attaquera au droit à l'IVG : faut-il craindre le pire ?
Pourquoi la nomination d'Amy Coney Barrett à la Cour suprême menace les droits des femmes

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles