La Cour suprême américaine tenterait de supprimer le droit à l'avortement

L'article paru dans le média américain Politico a fait l'effet d'une bombe. Ce lundi 2 mai, le journal américain a publié ce qui serait "l'avant-projet d'une décision majoritaire rédigé par le juge conservateur Samuel Alito et daté du 10 février", décrit l'AFP. Une fuite de documents inédite qui menace dangereusement l'arrêt historique de Roe v. Wade, dans lequel la Cour suprême a reconnu le droit à l'avortement en 1973, et s'aligne tragiquement sur les mesures anti-IVG adoptées au Texas ou en Oklahoma, notamment.

Le magistrat républicain écrit : "Nous estimons que Roe v. Wade doit être annulé". "L'avortement constitue une question morale profonde", estime-t-il encore. "La Constitution n'interdit pas aux citoyens de chaque Etat de réglementer ou d'interdire l'avortement", ajoute-t-il, précisant qu'il "n'est protégé par aucune disposition de la Constitution".

"Il est temps de tenir compte de la Constitution et de rendre la question de l'avortement aux représentants élus par le peuple", continue encore le juge Alito. "Nous ne pouvons faire que notre travail, qui est d'interpréter la loi. La Constitution ne donne pas un droit à l'avortement" Et d'affirmer : "La conclusion inéluctable est que le droit à l'avortement n'est pas profondément enraciné dans l'histoire et les traditions de la nation".

Toujours d'après le document intitulé "Avis de la Cour", les négociations pourraient aller jusqu'au 30 juin.

"L'avortement reste votre droit et est...

Lire la suite


À lire aussi

Aux Etats-Unis, elles revendiquent leur droit au topless face à la Cour suprême
La Cour suprême "made in Trump" s'attaquera au droit à l'IVG : faut-il craindre le pire ?
Pourquoi la nomination d'Amy Coney Barrett à la Cour suprême menace les droits des femmes

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles