Le courage de Grace, prostituée à 10 ans qui dénonce ceux qui l'exploitent

La petite Grace (le prénom a été modifié) a neuf ans lorsqu'elle perd ses parents. La jeune fille donne quelques coups de main dans un salon de coiffure au Nigéria où elle vit. Une cliente lui propose alors de quitter le pays pour rejoindre la France et plus précisément Paris, où l'attend sa fille. Un voyage qui doit permettre à la petite Africaine de trouver un travail dans le monde de la coiffure. Malheureusement, la route que va emprunter Grace pour rejoindre l'Europe est celle de la prostitution. Comme de nombreuses Nigérianes, elle est enrôlée de force dans un réseau de proxénétisme. On lui réclame la somme folle de 40.000 afin de rembourser son voyage depuis les bords du Golfe de Guinée. Le cauchemar commence alors pour la fillette qui raconte effectuer environ vingt passes par nuit, entre le Bois de Vincennes et la rue Saint-Denis.

⋙ Touché par une toux persistante, on lui découvre deux sangsues dans les voies respiratoires

Chaque jour elle devait remettre la somme de 600 euros à "Angel" (la femme qui l'a faite venir en France) et 1.000 euros le dimanche. Des montants auxquels s'ajoutait le loyer de 650 euros d'une chambre qu'elle partageait avec trois jeunes filles dans la même situation, à Goussainville (Val d'Oise). Le défaut de paiement entraînait alors des coups de ceinture. La jeune prostituée raconte que son âge lui permettait d'amasser beaucoup d'argent. "J'ai fait beaucoup d'argent pendant cette période parce que je suis très jeune et tout le monde veut me prendre moi ", a-t-elle raconté à la juge d'instruction. Depuis son courageux témoignage, Grace a été placée en famille d'accueil. Interpellée en janvier 2016 et écrouée depuis, "Angel" a fini par reconnaître les faits. Selon Le Parisien, six personnes soupçonnées d'avoir participé à deux réseaux parallèles actifs en Ile-de-France, à Rouen (Seine-Maritime) et à Lille (Nord) comparaissent dès lundi devant la cour d'assises de Paris. Le verdict est attendu pour le 6 décembre.

A lire aussi : Exclu - Féminicides

(...) Cliquez ici pour voir la suite