Courbatures, étirements, perte de poids... Le vrai du faux de la course à pied

La course à pied est mauvaise pour les articulations

Vrai et faux. "La course à pied provoque des mini-traumatismes au niveau des genoux et des hanches et fait intervenir les articulations", explique Quentin Brochard. Ce qui ne veut pas nécessairement dire pour autant qu’elle est "mauvaise". "Concrètement, elle peut poser problème dans 3 cas de figure. Primo, lorsque le sol est trop dûr, secondo, si la personne est en surpoids et enfin selon son type de foulée : si celle-ci court en s’appuyant essentiellement sur son arrière-pied". Dans ces trois cas, effectivement la course à pied devient "mauvaise" pour les articulations.

Il faut faire au minimum 45 minutes d’exercice pour perdre du poids

Faux. "Il ne s’agit pas d’une question de temps", selon le professionnel. Pour preuve, 20 minutes de cardio à très haute intensité seront plus efficaces que 45 minutes de course. À noter que pour perdre du poids, il faut surtout brûler plus de calories que ce que l’on en consomme. Il est surtout question ici d’alimentation.

Les courbatures sont un gage d’efficacité après une séance de sport

Faux. "Rien à voir", indique le podologue. "Les courbatures sont en réalité des microlésions du muscle. Elles apparaissent quand celui-ci n’a pas l’habitude de travailler et quand le corps est mal hydraté". Mais elles ne sont en aucun cas un gage ou non d’efficacité.

Il est impératif de s’étirer avant et après la course

Faux. "Avant la course, l’important est de bien s’échauffer, pas de s’étirer", rapporte Quentin Brochard. "Ensuite, en ce qui concerne l’étirement post course à pied, mieux vaut le réaliser le lendemain de l’effort", conseille-t-il. Et pour cause, à chaud, on risque d'augmenter les microlésions du muscle et ainsi de se blesser.

À force de s’entrainer, la course à pied devient de plus en plus facile

Vrai. "Plus on s’entraine, plus on augmente nos capacités respiratoires, musculaires etc.", indique le spécialiste.

Peu importe le matériel si on n’est pas pro

Faux. C’est d’ailleurs souvent

(...) Cliquez ici pour voir la suite