« Courir était un martyre pour moi » : une Américaine documente sa réduction mammaire

·2 min de lecture

Kelsey Brito, Américaine âgée de 18 ans, a décidé d’avoir recours à la chirurgie esthétique pour réduire la taille de sa poitrine, qui la gênait beaucoup. La jeune fille se plaignait de « douleurs », notamment pendant les cours d’EPS. Aujourd’hui, elle a repris confiance en elle.  

« Je pense que j’ai toujours eu du mal à supporter d’avoir une grosse poitrine », confie Kelsey Brito à Brut., dans un entretien vidéo. La jeune Américaine revient sur sa réduction mammaire, qu’elle a souhaité documenter sur les réseaux sociaux.  

Elle se souvient notamment à quel point sa poitrine la gênait au lycée : « c’était dur, parce qu’en cours d’EPS, courir était un martyre », explique la jeune femme. Les douleurs ont été le facteur principal qui ont motivé Kelsey à sauter le pas et à se faire opérer.  

En plus de l'inconfort physique, la jeune femme se retrouvait régulièrement au centre de l’attention, tous les regards braqués sur son décolleté. Cette situation a joué sur sa confiance en elle : « être objectifiée et sexualisée m’a mise mal à l’aise », affirme-t-elle.  

Sur les réseaux sociaux, depuis qu’elle a partagé son expérience, Kelsey se heurte à l’incompréhension de certains hommes : « ils demandent tous “mais pourquoi veux-tu ruiner ton corps comme ça ?” [...] Mais je ne laisse pas les opinions d’étrangers me tourmenter. » Très satisfaite de sa nouvelle poitrine, la jeune femme s’apprête à faire sa rentrée à l’université à l’automne.  

Lire aussi >> Chirurgie : le retour des « vrais seins »

Aux États-Unis, près de 44 000 opérations de réduction mammaire ont été réalisées en 2018. La moyenne d’âge des patientes était de 18 ans.  

En France, l’opération coûte...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles