Couvre-feu, port du masque... Le coronavirus, allié des infidèles ?

Laetitia Reboulleau
·3 min de lecture
Couple in love, man and woman in protective medical mask on face on street. quarantine concept. Guy, girl against world pandemic coronavirus, virus protection. love story
© Getty Images

Le confinement a eu une incidence sur les relations extraconjugales. Difficile de rejoindre son amant ou sa maîtresse lorsqu'il est interdit de sortir de chez soir, après tout. En revanche, l'obligation du port du masque et le couvre-feu à venir pourraient bien représenter une aubaine pour les infidèles, qui y voient déjà un bon moyen de profiter un peu plus de leurs partenaires, dans le secret le plus total.

C'est fou ce que nos vies ont pu changer en quelques mois. Depuis le début de la crise sanitaire en février 2020, il y a eu l'inquiétude, le confinement, le déconfinement, l'impossibilité de voyager, le port du masque obligatoire, la crainte d'un reconfinement, et désormais : le couvre-feu. La dernière annonce du gouvernement a été faite mercredi 14 octobre par Emmanuel Macron lors d'une interview télévisée, et si l'idée de ne plus avoir le droit de sortir de chez soi après 21h inquiète certaines personnes, les infidèles eux, voient cette nouvelle mesure comme quelque chose de positif pour faciliter leurs aventures.

"Un rendez-vous de cinq à sept, c'est moins grillé qu'une soirée"

Interrogés par nos soins, plusieurs abonnés du site de rencontres extraconjugales Gleeden ont d'ores et déjà des idées pour profiter du couvre-feu pour retrouver leurs ses maîtresses. "Avec mon travail de consultant, je n'ai pas vraiment des horaires fixes. Je vais pouvoir profiter de la situation pour proposer des rendez-vous en journée, plutôt qu'en soirée", explique Marc*, trentenaire parisien. "J'ai mes habitudes dans un Love Hotel où l'on peut réserver des chambres à l'heure, alors ce n'est pas un couvre-feu qui va m'empêcher de me faire plaisir. Au contraire, je vais passer plus de temps en famille, puisque je pourrais leur consacrer toutes mes soirées !"

Carine*, 36 ans, compte quant à elle profiter de son chômage partiel pour retrouver son amant. "On travaille tous les deux dans la région de Grenoble, concernée par le couvre-feu. Et, lui comme moi, allons nous retrouver au chômage partiel puisque l'on travaille dans un resto qui a décidé de fermer à cause des nouvelles restrictions. Résultat, on va se voir en journée ! Un rendez-vous de cinq à sept, c'est moins grillé que de passer la soirée ensemble, vis-à-vis de nos conjoints respectifs..."

Pour tromper heureux, trompons masqués

Il n'y a pas que le couvre-feu – qui ne concerne pas toute la France – qui va permettre aux infidèles de vivre leurs aventures extraconjugales dans le plus grand secret. Dans la dernière étude menée par Gleeden, ces derniers se réjouissent également du port du masque. Pour eux, ce dernier est certes un outil de protection contre la maladie, mais également un très bon moyen de se déplacer incognito avec leur amant ou leur maîtresse. 77% des sondés estiment que l'obligation du port du masque facilite l'organisation de leurs rendez-vous extraconjugaux.

Avoir moins d'inquiétude d'être reconnus dans la rue avec quelqu'un qui n'est ni sa femme ni son mari est en effet bien pratique, et ouvre le champ des possibles. 57 % des infidèles interrogés estiment qu'ils peuvent ainsi donner plus facilement rendez-vous à leur amant·e dans un lieu public, 51% qu'ils seraient prêts à le ou la retrouver près de leur lieu de travail, et 32% qu'ils imaginent même prendre le risque de se retrouver près de leur domicile. D'ailleurs, un tiers des sondés aimeraient même que le port du masque soit reconduit le plus longtemps possible pour faciliter leurs petites affaires, c'est dire s'ils y voient un avantage...

A LIRE AUSSI

> Pourquoi les hommes font-ils moins de nudes que les femmes ?

> OnlyFans est-il le nouveau MySpace (du sexe) ?

> Gros pénis, gros problème ? Quand être "gâté par la nature" devient un enfer