Covid-19 : une étude désigne les lieux les plus contaminants

·2 min de lecture

Comme d’autres pays, la France a fait le choix d’un deuxième confinement, après avoir tenté de ralentir la propagation du virus en mettant en place un couvre-feu… Depuis plusieurs mois, pour lutter contre la Covid-19, de nombreuses recherches sont menées afin de déterminer comment et où le virus a tendance à se propager rapidement, et à créer les fameux "clusters" dont on parle régulièrement.

Une nouvelle étude, menée par des chercheurs américains donne des éléments de réponses concernant la circulation du virus. C’est en analysant les données de près de 98 millions de personnes dans dix états différents, qu’ils ont pu en savoir davantage sur les lieux où l’on se contamine le plus.

Les auteurs des travaux publiés dans la revue scientifique Nature, ont notamment pu confirmer que certaines personnes que l’on appelle des super-contaminateurs, (ou "super-diffuseurs", sont responsables d’une grande partie des contaminations, car, selon Serina Chang, Emma Pierson et Pang Wei Koh, de l’Université de Stanford (États-Unis), la majorité des cas positifs ne transmettraient en réalité pas ou très peu le virus autour d’eux. Ce serait une minorité de patients qui transmettrait une charge virale importante et qui contaminerait donc d’autres personnes, et formerait ainsi les fameux clusters.

L’équipe de chercheurs ont aussi relevé le fait que les populations les plus pauvres présentent "des taux d’infection plus élevés". Cela pourrait s’expliquer par "des différences de mobilité".

"Nous constatons que les groupes défavorisés n’ont pas été en mesure de réduire la mobilité aussi fortement, et que les lieux qu’ils visitent sont plus fréquentés et donc plus risqués", expliquent les auteurs américains.

Certains lieux seraient également responsables de la grande majorité des contaminations, comme le rapporte l’étude. Les identifier pourrait donc aider à prendre les mesures nécessaires pour limiter la propagation du virus.

Sans grande surprise, les scientifiques confirment que les restaurants (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite