Covid-19 : 4 bons réflexes pour moins se toucher le visage

·2 min de lecture

Remettre en place ses lunettes de vue, se gratter le nez, repousser une mèche de cheveux… Toutes les occasions sont bonnes pour porter ses mains à son visage. En pleine période de lutte contre le coronavirus, tous ces gestes sont pourtant à proscrire car ils peuvent être des vecteurs de contamination.

Dans la liste des mesures de protection essentielles contre le Covid-19 de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), il est indiqué qu’il faut éviter de se toucher les yeux, le nez et la bouche. "Les mains sont en contact avec de nombreuses surfaces qui peuvent être contaminées par le virus. Si vous vous touchez les yeux, le nez ou la bouche, vous risquez d’être en contact avec le virus présent sur ces surfaces", expliquait-elle au début de l'épidémie. Dans les colonnes du média collaboratif The Conversation, trois spécialistes en sciences psychologiques et santé publique, Brian Labus, Stephen Benning et Kimberly Barchard, donnaient dès mars des astuces pour perdre ces mauvaises habitudes. On fait le point.

Le stress, l’anxiété ou la gêne nous poussent à porter davantage nos mains au visage. D’après différentes études citées par les experts, étudiants, employés de bureau, personnel médical et passagers de trains se toucheraient le visage de 9 à 23 fois par heure. Ces gestes servent en général à apaiser un sentiment de démangeaison ou d’inconfort. Ils sont particulièrement compliqués à contrôler car ils sont souvent inconscients et brefs.

Pour tenter de mettre fin à ces comportements dits "automatiques", tels que les tics nerveux, il faut tout d’abord en prendre conscience. Il est donc important de rester vigilant et de surveiller nos faits et gestes. L’astuce des trois spécialistes : noter ces moments où l’on touche son visage sur un carnet de bord. Vous pouvez alors préciser l’heure et la raison de ce geste (démangeaison, nez qui coule, cheveux devant les yeux…), votre activité (devant la télévision, pendant une lecture, sur votre bureau…) ainsi que votre sentiment (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite