Covid-19 et apnée du sommeil

Le syndrome d’apnée du sommeil (SAS)* est lié à des pauses respiratoires anormales et régulières pendant le sommeil. Or aujourd’hui, les troubles respiratoires riment avec… Covid-19. Un contexte source d’anxiété pour les patients touchés par ce trouble de la ventilation nocturne.

Premier point, « il n’y a pas d’argument pour une augmentation du risque [de Covid-19] lié directement au SAS », soulignent les sociétés savantes**. En revanche, les facteurs de risques associés au SAS constituent aussi des complications en cas de Covid-19. Il s’agit de « l’obésité, du diabète, de l’hypertension artérielle et des maladies cardio-vasculaires ».

Quid des traitements prescrits contre le SAS ?

« Il n’y a aucune donnée sur l’impact clinique du traitement par PPC [ventilation à pression positive continue] chez les patients avec SAS infectés par le COVID-19 », répondent les spécialistes. Mais le dispositif d’aide à la respiration peut être un vecteur viral. « La fuite intentionnelle du masque et les forts débits d’air délivrés par la machine pourraient contribuer à diffuser le virus dans l’environnement du patient, et exposer son entourage proche. »

Si vous êtes suspecté(e) d’avoir contracté le Covid-19, ou positif au test, quelques réflexes de précaution sont à prendre :

Informez votre médecin traitant de votre contamination. « Un arrêt temporaire du traitement pendant la durée de contagiosité pourra être discuté avec le médecin prescripteur. » Le prestataire de soin à domicile en charge du dispositif vous conseillera aussi pour l’hygiène du masque ;
N’utilisez pas votre PPC près de votre entourage familial. Et dormez si possible dans une chambre séparée.

* syndrome d’apnées–hypopnées obstructives du sommeil (SAHOS)
** Société française de cardiologie (SFC), Société Française de Recherche et Médecine du Sommeil (SFRMS), Société de Pneumologie de Langue Française, Fédération Française de Pneumologie