Covid-19 : aucune preuve pour les autotests urinaires

·1 min de lecture

« Nous avons été informés de la publicité pour un autotest de dépistage de la Covid-19 appelé “Sars-CoV-2 Urine Antibody Rapid test”* qui permettrait de détecter la présence d’anticorps dans les urines », informe l’ANSM. Or aucune preuve n’a été apportée sur l’efficacité de ce test, ni d’ailleurs d’aucun test urinaire destiné à dépister ce virus. Et pour cause, « les anticorps, de manière générale, ne se retrouvent pas dans les urines », rappelle l’agence.

Autotests non autorisés

Sans compter que « la vente des autotests (exceptés les tests de grossesse) est réservée aux pharmacies ». Aucun test médical ne peut donc être commercialisé en dehors des officines. Dernier argument et non des moindres : « dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire (arrêté du 10 juillet 2020), l’utilisation d’autotests (urinaire ou autre, ndlr) est interdite pour dépister le virus ainsi que les anticorps dirigés contre le Sars-CoV-2 ».

Par conséquent, si vous avez fait l’acquisition d’un tel test urinaire, ne l’utilisez pas.

Pour rappel, « seuls les tests disposant d’un marquage CE et validés par les autorités sanitaires peuvent être utilisés, qu’il s’agisse d’un test sérologique (disponible en pharmacie ou réalisé en laboratoire de biologie médicale), d’un test antigénique (disponible en pharmacie) ou d’un test RT-PCR (en laboratoire de biologie médicale) », précise l’ANSM.

Pour consulter la liste des tests disponibles, cliquez ici.

* fabriqué par les sociétés INNO-BIO (Shangai) et OLISACARE et distribué en France par les sociétés BIOMADETECH et MEDIC SANTE