Covid-19 : comment la pandémie impacte la perception de beauté des Françaises

Johanna Amselem
·2 min de lecture
Portrait of a charming young female with red hair and freckles isolated on white applying a anti age cream on her face and nose smiling.

Dans une nouvelle enquête, l’Ifop a interrogé les femmes sur la perception de leur beauté depuis le confinement.

Shampoings espacés, peau au repos, rouge à lèvres au placard, fond de teint oublié, l’épidémie de Covid-19 a aussi eu des répercussions dans la salle de bain des Français. L’Ifop a réalisé une enquête pour évaluer l’impact de la pandémie sur la perception de la beauté des Françaises. Les résultats sont issus d’une étude lancée mi-novembre auprès de 500 femmes âgées de 15 ans et plus, dans un échantillon représentatif de la population.

Pour commencer, les enquêteurs ont demandé aux Françaises à quel point elles se sont senties belles pendant cette période particulière. Verdict ? Elles conservent une perception relativement positive de leur beauté. Un chiffre inchangé par rapport à avant la crise sanitaire à environ 60%. Cependant, pour 35% d’entre elles, le sentiment de se sentir belle enregistre une baisse d’au moins un point. “L’effet d’isolement et à la maison du confinement est clairement un facteur de démotivation lorsqu’il s’agit de se faire belle et par ricochet un facteur de dépréciation de l’image que l’on a de sa propre beauté”, résume le pôle beauty Ifop dans ses conclusions.

VIDÉO - Port du masque : de plus en plus de femmes délaissent le rouge à lèvres et le fond de teint

Le regard des autres

Comme le rapporte l’institut français, les femmes les plus affectées par cette pandémie sont celles qui avaient le plus l’habitude de se coiffer, se maquiller, etc. À cause de la crise sanitaire, elles ont réduit l’utilisation de leurs produits de beauté. Qu’en est-il de la perception de la beauté en fonction de l’âge ? L’Ifop rapporte que la perception de se sentir moins belle qu’en temps normal progresse jusqu’à 48% auprès des jeunes femmes âgées de 15-25 ans. “Ces jeunes femmes fragilisées dans leur propre projection de beauté s’avèrent être par ailleurs les plus tributaires du regard des autres, être les plus en recherche de se sentir unique et à la mode”, note l’Ifop.

Par contre, pour 44% de ces jeunes femmes “millenials”, cette situation n’a pas altéré le sentiment de beauté. En effet, pour elles, cette beauté est ailleurs comme dans la confiance en soi, l’acceptation, etc. L’institut français d’opinion publique rapporte qu’un investissement diminué dans la beauté altère le sentiment de beauté. “Cette baisse est particulièrement importante parmi les plus jeunes, pour qui leur beauté passe davantage par le regard des autres, regard que la Pandémie a fortement restreint”, conclut l’Ifop.

Ce contenu pourrait également vous intéresser :