Covid-19 : le courrier représente-t-il un risque de transmission?

L’épidémie de nouveau coronavirus continue de se propager. Le Covid-19 touche désormais près de 167 000 personnes à travers le monde, dont 54 425 individus en Europe. Du côté de l’Hexagone, 6 633 cas confirmés sont recensés. Et à ce jour, le virus a provoqué 148 décès sur le sol français, selon les derniers chiffres officiels*.

Le Covid-19 se transmet par le biais de sécrétions nasales, de postillons, de gouttelettes lorsque l’on parle, tousse ou éternue, mais aussi au cours d’un contact étroit avec une personne contaminée, c’est-à-dire au sein d’un foyer, sur un lieu de travail ou dans un établissement de santé. Le virus peut aussi se transmettre par l’intermédiaire de surfaces inanimées ou d’objets infectés que l’on touche au quotidien, tel que le courrier.

Covid-19 : quelle est la durée de survie du virus sur les surfaces inanimées telles que le courrier ?

Quelles sont la durée et la capacité de survie du virus sur les surfaces ? Quels sont les risques de transmission du Covid-19 par courrier ? Des questions auxquelles ont répondu des chercheurs américains des National Institutes of Health pour réaliser une étude publiée sur le site de prépublication scientifique medRxiv.

Pour apporter des réponses à ces interrogations, les scientifiques ont analysé la résistance du Covid-19, aussi appelé coronavirus Sars-Cov-2, à la fois dans l’air et sur les surfaces comme l’acier, le carton, le plastique ou l’acier. Les résultats de l’analyse révèle que le Covid-19 pourrait survivre jusqu’à 4 heures sur le cuivre, jusqu’à 24 heures le carton et jusqu’à 3 jours sur le plastique ou l’acier, même si sa concentration globale ait déjà chuté à ce moment-là.

Bien que les résultats dévoilent la durée de survie du Covid-19 sur les surfaces, les observations réalisées par les chercheurs sont tout de même à prendre avec du recul. En effet, les scientifiques affirment qu’ils ne savent pas encore quelle quantité de virus est nécessaire pour contaminer un être humain et "si le virus est facilement

(...) Cliquez ici pour voir la suite