Covid-19 : détecté dans le sperme de patients n’ayant plus de symptômes, le virus est-il aussi une MST ?

Le coronavirus pourrait-il également être une maladie sexuellement transmissible (MST) ? C’est la question qui se pose après la découverte faite par des chercheurs chinois : ils ont constaté que le sperme de certains patients atteints de Covid-19 présentait des traces du virus. Un phénomène qui a notamment été observé chez des patients guéris du coronavirus !

Leur étude, publiée dans la revue Jama Network Open, a été menée à l'hôpital de Shangqiu, en Chine, sur 38 patients touchés par le Covid-19. Le sperme de six d’entre eux (15,8 %) contenait des traces de coronavirus dans leur sperme. Parmi ces patients, quatre (26,7 %) en étaient encore au stade aigu de l'infection et deux (8,7 %) étaient rétablis.

Coronavirus : la transmission sexuelle n'est pas prouvée

Ces résultats suggèrent-ils que le coronavirus peut se transmettre par le sperme ? La question reste en suspens. Les auteurs de ces recherches soulignent que "d’autres études sont nécessaires en ce qui concerne les informations détaillées sur l'excrétion de virus, le temps de survie et la concentration dans le sperme". Et pour cause : ce n’est pas parce que des traces de Sars-CoV-2 ont été retrouvées que le virus est encore en capacité d’infecter quelqu’un.

"Si cela pouvait être prouvé dans de futures études, la transmission sexuelle pourrait être un élément essentiel dans la prévention du coronavirus", ajoutent les chercheurs.

Zika et Ebola survivent également dans le sperme

Si le coronavirus se transmet principalement par l’intermédiaire de gouttelettes salivaires émises lorsque l'on parle, que l'on tousse, que l'on éternue ou via des objet contaminés, de précédentes études avaient également indiqué la présence de traces de coronavirus dans le sang, les excréments ou encore les larmes.

Ce n’est d'ailleurs pas la première fois qu’un virus est détecté dans le sperme : Ebola et Zika avaient aussi été détectés dans ces fluides sexuels, parfois plusieurs mois après la guérison des patients.

A lire aussi :

⋙ Covid-19 : le virus

(...) Cliquez ici pour voir la suite