Covid-19 : faut-il garder son masque dans les transports, malgré la levée de l'obligation ?

Pour protéger les plus fragiles du Covid-19 et leur permettre de maintenir une vie normale, certaines personnes et associations appellent à conserver le port du masque au quotidien.

Pour certains, c’est une libération. Après deux ans à porter systématiquement un masque, ce lundi 16 mai marque la fin de l'obligation du masque dans les transports en commun. Un mois après la fin du pass sanitaire, du télétravail obligatoire et de l'obligation du port du masque dans les lieux clos, il s'agit de la levée des dernières restrictions liées au Covid-19.

À lire également >> Fin du masque en intérieur : « J’ai un blocage à l’idée de l’enlever »

Face à cette levée de restriction, certaines associations de malades ont réitéré leur appel à conserver le masque dans les lieux très fréquentés, pour protéger les plus fragiles. La fin du port du masque « risque de signifier l'exclusion des transports en commun » des patients immunodéprimés sévères, a par exemple indiqué Yvanie Caillé, fondatrice de Renaloo, une association de patients atteints de maladies rénales, sur « Franceinfo ». « Les patients immunodéprimés sévères que nous représentons dans nos associations sont mal protégés ou pas protégés du tout par la vaccination. Ils restent à très haut risque de formes graves », a-t-elle souligné.

« La fin de l'obligation ne signifie pas la fin de la vigilance »

Si les autorités sanitaires estiment que les hôpitaux sont en capacité de gérer les patients qui nécessitent une prise en charge, la quatrième dose de vaccin est désormais proposée aux 80 ans et plus. « La fin de l'obligation ne signifie pas la...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles