Covid-19 : une forte concentration de pollens dans l'air augmente le risque de contamination

·1 min de lecture

Le printemps approche à grands pas et, avec lui, la saison des pollens redoutée par les allergiques : au mois de mars, ce sont les pollens de bouleaux qui ouvrent la marche, puis viennent les pollens de cyprès, de platanes et de graminées, pour finir avec les pollens d'ambroisie et d'herbacées au mois de septembre.

Responsables de symptômes parfois très handicapants chez les personnes allergiques (rhinite, conjonctivite, urticaire...), les pollens pourraient également favoriser l'infection par le coronavirus SARS-CoV-2.

En effet : d'après une récente étude conduite par l'Université technique de Munich (en Allemagne), un taux élevé de pollens dans l'air serait associé à un taux d'incidence du Covid-19 plus élevé dans la population.

Les pollens augmentent le risque d'attraper le Covid-19, même lorsqu'on n'est pas allergique

Pour parvenir à cette surprenante conclusion, les chercheurs allemands ont analysé des données provenant de 31 pays, entre le 27 février et le 3 avril 2020. Ils ont constaté qu'une augmentation de 100 particules de pollen par mètre cube équivalait à un taux d’infection par le coronavirus supérieur de 4 %.

Ainsi, une forte concentration de pollens dans l’air pourrait se traduire par une hausse du taux d'infection de 10 % à 30 % dans une région donnée. Plus étonnant sans doute : cette association concernait aussi les personnes non-allergiques aux pollens.

Comment expliquer ces résultats ? Les chercheurs (qui ont publié leurs travaux (...)

Lire la suite sur Topsante.com

DIRECT. Covid-19 en France ce 13 mars : chiffres, nouveaux cas
Ménopause : les clés pour une sexualité épanouie
Cas de thromboses avec le vaccin AstraZeneka : l'ANSM recommande de poursuivre la vaccination
Covid-19 et octofene : que sait-on de ce médicament testé par l'Institut Pasteur de Lille ?
La 5G est-elle dangereuse pour la santé ?