Covid-19 et froid : "la saisonnalité du virus n’est pas établie"

·1 min de lecture

"Le rôle des conditions météorologiques a fait l'objet de nombreuses études. La température, l'humidité, le vent semblent être des facteurs explicatifs des évolutions observées et de l'aggravation en cours dans l'hémisphère nord". C’est en substance ce que déclarait Jérôme Salomon, Directeur général de la santé, ce 17 décembre, lors de point épidémiologique hebdomadaire consacré à la crise sanitaire Covid-19.

Jusqu’à présent, de nombreuses études ont montré que les cas de personnes touchées par d’autres virus, comme ceux de la grippe ou du rhume, coïncidaient avec une baisse de la température extérieure. Mais qu’en est-il pour celui du Sars-CoV-2 ? Peut-on affirmer que le froid intensifie sa circulation? Selon une étude de l’Académie de médecine datant de mai dernier, lorsque la température augmente de 1°C, le nombre de nouveaux cas diminue de 3,1%. Si cette diminution permet d’aller dans le sens d’une accréditation de cette thèse, rien ne permet d’en tirer une théorie.

Comme l’explique le Professeur Christine Katlama, infectiologue à l’hôpital Pitié-Salpêtrière, il est difficile de confirmer complètement cette hypothèse. Il faudrait en effet un cycle de saisons complètes dans les deux hémisphères, pour l’affirmer. Or ce virus respiratoire est récent et nouveau. Pour de nombreux autres virus respiratoires, il a été établi qu’effectivement, les saisons froides favorisaient la transmission des infections. (...)

Lire la suite sur Topsante.com

DIRECT. Covid-19 en France ce 18 décembre : chiffres, annonces
Symptômes Covid-19 (coronavirus) : les 3 signes d'aggravation à surveiller
Covid-19 : une 3ème vague possible... mais évitable !
Spray nasal pour bloquer le covid : 4 études en cours
Super-congélateurs, Carboglace… Comment sera conservé le vaccin de Pfizer ?
La traçabilité des nanomatériaux n'est pas suffisante selon l'Anses