Covid-19 : les images choc des malades en réanimation

·2 min de lecture

Depuis le début de la crise sanitaire, Jean Castex et son gouvernement ne cessent d’alerter les Français sur la situation critique de l’Hexagone. Car si certains pays réussissent à s’en sortir face au virus, la France affronte actuellement la deuxième vague de l’épidémie… par ailleurs pire que la première pour certains départements. Alors que la population se plaint continuellement des nouvelles restrictions sanitaires, notamment le reconfinement, les ministres tentent de réveiller les consciences. C’est exactement ce qu’il s’est passé mardi 3 novembre 2020. Le Premier ministre, accompagné du ministre de la Santé, s’est rendu dans le Centre Hospitalier Sud Francilien (CHSF) de Corbeil-Essonnes pour y rencontrer les équipes médicales mobilisées pour lutter contre la Covid-19. Equipés de charlottes, blouses et lunettes, Jean Castex et Olivier Véran ont visité les urgences ainsi que le service de réanimation.

Leur visite a notamment été filmée par les caméras de l’émission Quotidien, sur TMC. L’on aperçoit plusieurs patients alités et intubés, parmi lesquels un de 27 ans et un autre de 35 ans. “Ce sont des patients qui ont des comorbidités à la base ?”, demande Olivier Véran à l’une des soignantes. Celle-ci confirme que la plupart sont en effet atteints d’obésité, avant de dévoiler le poids de l’un d’entre eux. Sur les réseaux sociaux, de nombreux internautes se sont montrés choqués par ces images. Après avoir dépassé l’aspect tragique de la chose, certains ont critiqué l’initiative de montrer ces malades à la télévision.

“Je suis la seule personne à trouver ça choquant et honteux de diffuser des images de personnes dans le coma à la télé? Je ne pense pas qu'ils aient donné leur accord”, “Informer de la réalité des hôpitaux c’est une bonne chose. Mais par contre est-ce vraiment nécessaire de donner le poids du patient ?”, “Non mais maintenant que les mots et les chiffres ne suffisent plus à faire peur, on donne dans le sensationnel, oui c’est triste mais c’est le lot de (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite