Covid-19 et immunité : combien de temps les anticorps peuvent-ils durer après une infection ?

·2 min de lecture

La communauté scientifique continue de chercher un vaccin ou un traitement contre la Covid-19. La question de l’immunité est également régulièrement soulevée. Et pour cause : si des anticorps se développent après une infection à coronavirus, on ne sait pas encore clairement s’ils nous confèrent une réelle immunité.

Une question reste donc en suspens : peut-on être touché deux fois par la Covid-19 ? "Il n'y a actuellement aucune preuve que les personnes qui se sont remises du Covid-19 et qui ont des anticorps soient prémunies contre une seconde infection", affirmait l’Organisation mondiale de la santé (OMS) en avril 2020.

Des suspicions de réinfection avaient d'ailleurs été recensées en Chine, au Japon ou encore en Corée du Sud. Depuis, un premier cas de réinfection avérée a été identifié à Hong Kong et les études sur le sujet continuent de se multiplier. Des travaux qui laissent à penser qu’une immunité est possible, même si elle est limitée dans le temps. Mais ces constatations sont à prendre avec des pincettes, car nous manquons encore de recul sur la question.

Deux études, l’une américaine et l’autre canadienne, publiées en octobre dans le revue Science Immunology, se sont intéressées à la durée des anticorps après une infection à coronavirus. Résultat : un type d'anticorps, les immunoglobulines G, aussi appelées "IgG", pourrait persister jusqu’à trois mois après l’infection.

D’après une autre étude encore plus récente, les anticorps pourraient durer plus longtemps. Pour les besoins de ces travaux, parus dans la revue Science, les chercheurs ont analysé le plasma sanguin, qui contient des cellules immunitaires et notamment les anticorps, de plus de 30.000 personnes ayant été touchées par la Covid-19 entre mars et octobre. La majorité des volontaires avaient présenté des symptômes légers à modérés et n'avaient pas été hospitalisés.

Pour analyser plus précisément la durée de vie des anticorps, les chercheurs se sont concentrés sur 121 participants. Ils ont mesuré leurs (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite