Covid-19 : j’ai renoncé au dating pour ma sécurité

Lydia Menez
·2 min de lecture

Le couvre-feu à 18h et la fermeture des lieux publics rendent difficiles l’organisation des premiers rendez-vous. Reste l’option de se voir à domicile, une situation jugée risquée pour beaucoup de femmes. 

« Mais où est-ce qu’on va se voir ? » Depuis la pandémie, cette question est devenue un vrai casse-tête pour les célibataires qui veulent organiser un rencard. Plus de cinémas, plus de musées, plus de centres commerciaux, plus de cafés ni de bars ou de restaurants... Les lieux pour retrouver IRL son match Tinder sont très restreints. On peut opter pour une promenade dans les rues le week-end, mais avec la saison hivernale, ce n’est pas l’idéal.  

Lire aussi >>  Dating & pandémie : le Covid est-il en train de tuer le flirt ?

Alors il reste une dernière alternative : à la maison. Une option qui, au premier rendez-vous, peut mettre mal à l’aise. « Plusieurs garçons avec qui je parle sur les applications de rencontres m’ont proposé de passer chez eux », rapporte Cloé, 23 ans, chargée de production. « Mais j’ai beaucoup trop peur. » Une inquiétude partagée par Lola : « Même si tu as beaucoup discuté avec lui par messages, on ne sait jamais comment ça peut se passer », confie la jeune femme de 29 ans.   

« J’ai l’impression qu’ils pensent que le sexe leur est dû » 

Le couvre-feu instauré à 18h limite encore un peu plus les possibilités pour ces célibataires. « Aller chez un inconnu après sa journée de travail, ça induit de passer la nuit chez lui. Ce n’est vraiment pas safe », constate Lola, qui n’a fréquenté personne depuis cet été. Elle renchérit : « C’est très angoissant et stressant de savoir qu’on...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi