Covid-19 : Marina Carrère d’Encausse dénonce l’attitude irresponsable des médecins “rassuristes”

·2 min de lecture

A l’instar de Cyril Lignac, mais sur un tout autre registre, Marina Carrère d’Encausse voit les audiences de son émission gonfler avec la crise du coronavirus. Chaque jour à 13h40, cette journaliste et médecin anime Le Magazine de la Santé, sur France 5. Un rendez-vous devenu incontournable pour des centaines de milliers de Français depuis le début de la crise du Covid-19. Dans un entretien accordé mardi 27 octobre 2020 au "Buzz TV" du Figaro pour la diffusion du documentaire Trump face au FBI, qu’elle présentait le soir même, Marina Carrère d’Encausse, Docteure en médecine générale et en santé publique, a accepté de se livrer sur la crise de la Covid-19 en France. Fière de son émission, de son équipe et de ses audiences, l'amie de Michel Cymes a d’abord évoqué la mission du Magazine de la Santé en ces temps troublés. “Il y a avait une vraie demande d’information, de décryptage”, a-t-elle commencé. “Et nous, on n’a jamais été dans la polémique, dans le conflit ou dans l’explication de tout ce qui était fake news, c’est un parti-pris que l’on avait adopté. On l’a fait après, mais pendant le confinement, on était vraiment dans l’information pure et apparemment [...] cela a bien fonctionné.” Alors que les internautes profitaient du live pour lui poser des questions, Marina Carrère d’Encausse a poussé un coup de gueule contre les rassuristes présents sur les plateaux des chaînes d’information en continu… et sur leur responsabilité face à la recrudescence de l’épidémie dans l’Hexagone, alors que le gouvernement envisage un reconfinement dès la fin du mois d'octobre.

A la question “Les médias n’en font-ils pas trop ?”, Marina Carrère d’Encausse répond ainsi : “Cela dépend comment ils le font.” La spécialiste de la santé poursuit : “Si c’est pour relayer les messages importants de porter les masques, de protéger les gens les plus vulnérables et d’expliquer pourquoi, je trouve que c’est très bien. Si c’est pour inviter des personnes complotistes, des personnes qui relaient (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite