Covid-19 : les pensées suicidaires en hausse chez les Français, surtout les jeunes

© Martin Dimitrov/Getty Images

Les Français ont plus de pensées suicidaires depuis le Covid-19, d'après une étude de l'Ifop pour la Fondation Jean-Jaurès et la Fondation européenne d'études progressistes concernant six pays. Et ils sont ceux qui passent le plus à l'acte.

La pandémie a dégradé la santé mentale des Français, qui souffrent plus de pensées suicidaires d’après une étude de l’Ifop pour la Fondation Jean-Jaurès et la Fondation européenne d’études progressistes, parue ce 7 juillet.

Lire aussi >> Ressentiment, anxiété… les confinements ont bien eu des effets néfastes sur la santé mentale

Ces organisations ont interrogé 1 000 personnes dans six pays européens (France, Allemagne, Espagne, Pologne, Suède et Irlande) en mai dernier, et il ressort de leur enquête que les Français ont moins de pensées suicidaires que les autres, mais qu’ils sont ceux qui passent le plus à l’acte. 20 % d’entre eux ont « déjà envisagé sérieusement » de se suicider, contre 34 % des Irlandais, 25 % des Suédois, 24 % des Allemands et des Polonais, et 19 % des Espagnols. Toutefois, 30 % de ces derniers ont fait une tentative de suicide et ont été hospitalisés, soit la même proportion que les Polonais. Les deux contrées se classent en première place, lorsqu’il s’agit de passage à l’acte.

Les jeunes hommes de 35 ans, fragilisés

« La France est en tête des pays européens pour le risque de passage à l’acte suicidaire. Les autres Européens pensent donc peut-être d’avantage au suicide, mais les Français sont plus à même de passer à l’acte », analyse Michel Debout, professeur émérite de médecine légale, psychiatre, spécialiste du suicide et administrateur de la Fondation Jean-Jaurès.

Cette...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles