Covid-19 : peut-on "s’auto-contaminer" en touchant son téléphone portable ?

On le sait : les téléphones portables et autres smartphones sont de véritables nids à bactéries. Une enquête menée en 2018 par une compagnie d’assurance britannique révélait même qu’ils étaient plus sales que les cuvettes de toilettes. Peuvent-ils donc être des vecteurs du coronavirus Sars-CoV-2 ?

Covid-19 : la contamination via smartphone "théoriquement possible"

La transmission de ce virus se fait d’une personne contaminée à une autre par l’intermédiaire de gouttelettes de salive ou par le biais d’objets infectés. Une étude parue sur le site de prépublication scientifique medRxiv révélait d’ailleurs que ce virus pouvait survivre jusqu’à 4 heures sur le cuivre, jusqu’à 24 heures sur le carton et jusqu’à 3 jours sur le plastique et l’acier.

Les scientifiques soulignaient néanmoins un point important : ce n’est pas parce que le coronavirus est retrouvé sur des surfaces qu’il est encore capable d’infecter quelqu’un. C’est ce que confirme Didier Pittet, chef du service de prévention et contrôle de l'infection aux hôpitaux universitaires de Genève (Suisse) et co-inventeur du gel hydro-alcoolique, dans une interview accordée à Franceinfo. "Des gens feront des prélèvements sur des téléphones et trouveront forcément des virus. Mais reste à savoir s'ils seront capables de contaminer l'utilisateur".

Si le rôle des téléphones portables dans les épidémies n’a jamais fait l’objet d’une étude, ce spécialiste estime néanmoins qu'il est théoriquement "possible de s'auto-contaminer" avec son téléphone portable.

⋙ Ménage de printemps : comment nettoyer sa maison de fond en comble avec seulement 4 produits

Coronavirus : comment nettoyer son smartphone ?

Face à cette éventualité, la prévention reste la meilleure arme. En plus des gestes barrières classiques, à savoir se laver les mains fréquemment, tousser ou éternuer dans le pli de son coude, utiliser des mouchoirs à usage unique, ne pas serrer des mains ni faire la bise, limiter au maximum les déplacements, les rassemblements et les contacts,

(...) Cliquez ici pour voir la suite