Covid-19 : plans blanc et bleu, qu’est-ce que c’est ?

Ces plans blanc et bleu sont déclenchés par les directeurs ou responsables des établissements de santé, en lien avec les Agences régionales de santé (ARS). Leur déclenchement est donc décidé au cas pas.

Le plan blanc

Il concerne les hôpitaux et les cliniques. Ces établissements doivent être dotés d’une cellule de crise mobilisable en moins de 45 minutes, 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24, pour faire face à un afflux soudain et massif de patients. Ces dispositifs de crise doivent donc avoir été élaborés en amont. Le « Guide d’aide à la préparation et à la gestion des tensions hospitalières et des situations sanitaires exceptionnelles » du ministère de la Santé indique que cette cellule de crise rassemble « les principaux responsables de l’établissement chargés de coordonner l’ensemble des services médicaux, techniques et administratifs ».

 Une fois déclenché, le plan blanc « permet d’assurer la prise en charge des patients lors d’événements graves et/ou inhabituels tout en maintenant la continuité et la qualité des soins des patients non directement impliqués dans l’événement, par la mobilisation au plus juste des ressources nécessaires ». Les interventions non-urgentes peuvent ainsi être déprogrammées, des lits supplémentaires ouverts et le personnel administratif et soignant rappelé.

Le plan bleu

Egalement baptisé « plan canicule », le plan bleu concerne les Ehpad. Comme pour le plan blanc, le plan bleu suppose l’existence d’une cellule de crise constituée en amont. Là aussi, ce plan doit permettre de rapidement faire face à « une situation sanitaire exceptionnelle, quelle qu’en soit la nature ». Sa mise en place permet à l’établissement « d’anticiper les conséquences d’un risque qui a été identifié, d’améliorer la réactivité en cas d’alerte, de réfléchir aux dispositions à prévoir pour adapter au mieux son organisation ».

Dans le cas présent, les Ehpad ayant déjà mis en œuvre leur plan bleu ont choisi d’encadrer encore plus strictement les visites aux résidents. Dans certains établissements, toutes les visites sont désormais suspendues, jusqu’à nouvel ordre.